• Crimean War Photographs by Roger Fenton, 1855:

    Roger Fenton
    premier correspondant de guerre photographe
    1819-1869

     

     

    Lorsqu'il revint de son "excursion photographique" sur le théâtre de la guerre en Crimée, Roger Fenton fit, devant la Société Photographique de Londres, une narration pittoresque des plus intéressantes sur les conditions de travail qu'il rencontra, et les difficultés qu'il eut à surmonter.

     

    L'article, qui fut publié dans le Journal of the Photographic Society de janvier 1856 est assez long, mais on trouvera ici quelques-uns des passages les plus intéressants du point de vue photographique.

     

     



    Ce zouave farouche n'est autre que Roger Fenton, photographié (peut-être) par un autre reporter, James Robertson (1855)

     

     

     

    "J'ai pris avec moi une chambre pour portraits, munie d'un objectif de Ross de 3 pouces de diamètre ; deux chambres à soufflet faites par Bourquin, de Paris, et munies d'objectifs de Ross pour paysage, de 4 pouces de diamètre, et deux chambres plus petites, construites par Horne, munies de leurs lentilles ;

     

    j'ajouterai que j'ai ensuite substitué à ces dernières une paire d'objectifs de Ross de 3 pouces, avec lesquels j'avais précédemment opéré.

     

     

     

    "Ma provision de glaces s'élevait, je crois, à 700, de trois grandeurs différentes, enfermées dans les boîtes à coulisse, dont chacune contenait environ 24 glaces ; ces boîtes étaient ensuite emballées dans des caisses de manière à éviter les accidents".

    La "tente" photographique qu'emportait Fenton n'était rien moins qu'une voiture-laboratoire qui, dit-il, avait commencé son aventureuse carrière chez un marchand de vin de Cantorbery...

     

    Afficher l'image d'origine


    Le fourgon photographique de Fenton avait commencé sa carrière chez un marchand de vins de Cantorbery, avant de parcourir les champs de bataille.
     
     

    "Quand elle entra au service de l'art, on lui mit une capote neuve pour la convertir en chambre obscure, des carreaux de verre jaune munis de volets furent fixés sur les côtés ; autour de la capote étaient des réservoirs pour l'eau ordinaire et l'eau distillée, et des rayons pour les livres.

     

    The Ordnance Wharf, Balaklava, 1855, Roger Fenton, The Royal Photographic Society Collection at the National Media Museum
    Piles of cannon balls on the quayside at Balaklava. Huge supplies of ammunition, or ordnance, were needed for the artillery at the seige of Sebastopol.

     

     

    Sur les côtés se trouvaient des places pour les bains de fixage, pour les cuvettes en verre, pour les couteaux, les entonnoirs et les éponges.

     

     

    A Quiet Day in the Mortar Battery, 1855, Roger Fenton, The Royal Photographic Society Collection at the National Media Museum
    A British mortar battery during the siege of Sebastapol.

     

     

    La bouilloire et les autres vases pendaient au-dessous.

     

    Sur le plancher, près de l'auge par où s'écoulaient les eaux de lavage, se trouvait un châssis avec des trous, dans lesquels étaient placés les plus lourds flacons.

     

     

    "Jusqu'au commencement du printemps, la lumière et la température étaient tout ce qu'un photographe peut désirer.

     

    Sans accorder une attention spéciale au bain de nitrate, je pouvais prendre avec un objectif double de Ross, de 3 pouces, avec un diaphragme de 1 pouce simple de Ross, 4 pouces, et un diaphragme de 1 pouce, 10 à 20 secondes d'exposition avec un objectif simple suffisaient souvent pour mes négatifs ; dans quelques cas, c'était trop..."

     

    Soldat de la guerre de Crimée

    The Valley of the Shadow of Death, 1855, Roger Fenton, The Royal Photographic Society Collection at the National Media Museum

     

     

     

    Ce Roger Fenton était né en 1819 à Crimble Hall dans le Lancashire d'une famille de 17 enfants... Il devint avocat, mais son enthousiasme pour la photographie fit de lui en 10 ans l'un des plus brillants photographes de son temps.

     

     

    Cossack Bay, Balaklava, 1855, Roger Fenton, The Royal Photographic Society Collection at the National Media Museum
    A photograph of the busy port of Cossack Bay near Balaklava.

     

     

    C'est au cours de l'été de 1852, alors que son ami Charles Vignoles s'occupait de la construction d'un pont suspendu sur le Dniepr, à Kiew, pour le compte du tsar Nicolas Ier, qu'il reçut sa première mission photographique "pour suivre l'évolution des travaux".

     

     

    Trois ans plus tard, la France, la Sardaigne et l'Angleterre étaient engagées dans une lutte avec la Russie en Crimée.

     

    Un éditeur, Thomas Agnew, de Manchester, projeta audacieusement d'envoyer un photographe sur place. 

     

    Fenton fut choisi et il partit, muni de recommandation du Prince Consort, avec le patronage du Ministère de la Guerre, accompagné de deux assistants.

     

     

    Encampment of 71st Regiment, 1855, Roger Fenton, The Royal Photographic Society Collection at the National Media Museum
    The 71st Highland Light Infantry took part in the siege of Sebastopol.

     

     

    Il débarqua, avec son matériel, à Balaklawa, le 8 mars 1855, au milieu d'une pagaie [sic. Je pense que PGHvoulait dire "pagaille" ?! note du webmaster] indescriptible, qui l'obligea à courir d'un officier à l'autre pendant plusieurs jours...

     

     

    Balaklawa, cliché de Roger Fenton


    Balaklawa : port de Sébastopol et lieu de débarquement des troupes alliées lors de la guerre de Crimée.

     

     

    Pour éviter ce qu'il croyait devoir être des difficultés, nées de la curiosité des soldats de toutes nationalités, il fit peindre sa voiture-laboratoire en blanc, ce qui lui valut à plusieurs reprises le glorieux avantage d'être prix pour cible par les fusils russes...

     

     

    La chaleur du printemps russe était un ennemi bien plus redoutable  :

     

     

    "Aussitôt que la porte de la voiture était refermée pour commencer la préparation des plaques, écrivait-il, la transpiration sortait par tous les pores, et le sentiment de soulagement était grand lorsqu'il était possible d'ouvrir la porte pour respirer, même l'air chaud de l'extérieur...

     

     

    ornamentedbeing:    Vivandieres have an interesting role in the American Civil War. These brave women traveled with soldiers as mascots or nurses; there are even cases where they fought alongside their male counterparts. A vivandiere could provide creature comforts to the soldiers. Officially during the Civil War, the term Vivandiere is usually applied only to women who served with Zouaves. The term “Vivandiere”, is derived from a mixture of French and Latin, which literally means “hospitali...:

     

    Vivandière 

     

    On buvait comme des poissons".

     

    Il dut bientôt cesser tout travail après 10 heures du matin car "la lumière solaire était si grande et provoquait une telle réverbération que l'on ne pouvait garder les yeux qu'à moitié ouverts".

     

    Balaklava from Guards Hill, 1855, Roger Fenton, The Royal Photographic Society Collection

    at the National Media Museum
    The crowded harbour at Balaklava. On the hill in the foreground are some of the tents of the allied camp. Balaklava sits beneath a fort, the harbour packed with sailing ships bringing supplies to the armies besieging Sebastopol.

     

    A cette chaleur, il fallait ajouter les nuages de mouches, la poussière et, ne l'oublions pas, la nécessité d'utiliser le procédé au collodion humide dans les quelques instants qui suivaient la préparation de la plaque.

     

     

    Comme il faisait usage de plaques 40 x 50 cm, le collodion commençait à sécher avant étendage complet !

     

     

    Mortar Batteries in Front of Piquet House…, 1855, Roger Fenton, The Royal Photographic Society Collection at the National Media Museum
    British troops manning a mortar battery at the siege of Sebastopol.

     

     

    Si l'on met à part les remarquables portraits des personnalités militaires qu'il pouvait rencontrer grâce à sa recommandation officielle, il discutait très librement de la conduite des opérations "avec beaucoup plus de liberté que si j'avais fait partie d'une commission spéciale".

     

     

     

     

     

    Ceci l'amena véritablement sur les champs de bataille.

    Railway Sheds and Workshop, Balaklava, 1855, Roger Fenton, The Royal Photographic Society Collection at the National Media Museum

    A supply depot and railway at Balaklava harbour, a forest of ships’ masts. The railway and engineering sheds can be seen in the foreground. Civilian navvies built the first track and railway yard – in just seven weeks, seven miles of railway were laid.

     

    Afficher l'image d'origine

     

    Lorsqu'il apprit que la décision devait avoir lieu à Sébastopol, il suivit, le 18 juin, avec anxiété les sanglants assauts français et anglais, qui lui donnèrent peut-être l'occasion de saisir cette extraordinaire image de la cantinière soignant un blessé.

     

    Roger Fenton - Le Zouave blessé. Crimée, le 29 février 1855.:

     

     

     

     

     

    Il évita toujours de prendre les épouvantables images qui sont le lot des champs de bataille, pour composer des documents "destinés à soutenir le moral" de l'arrière", comme on a dit bien plus tard.

     

    Crimean War Photographs by Roger Fenton, 1855.

    "Dr. Sutherland, Sanitary Commission (CRIMEAN WAR). LC-USZC4-9138

     

    Crimean War Photographs by Roger Fenton, 1855. "Dr. Sutherland, Sanitary Commission (CRIMEAN WAR). LC-USZC4-9138:

    Ce sont surtout les incidents du camp qui l'intéressaient, des scènes de la vie de tous les jours aussi bien que l'enregistrement des grandes décisions composent les quelque 360 documents qui nous sont parvenus.

     

     

     

    Cantinière soignant un blessé en Crimée
    Ci-contre : croquis tiré d'une photo de Fenton, infirmière soignant un blessé. Il est probable que la plupart des "scènes de guerre" étaient posées, la rapidité des émulsions ne permettant pas d'opérer en instantané. Il n'en reste pas moins que Fenton, travaillant sur le champ de bataille même, se tenait le plus près possible de la vérité et, en fait, ne la trahissait pas.

    Sébastopol n'était pas tombée lorsque Fenton décida de rentrer en Angleterre. A terre, une épidémie de choléra, faisait des ravages effroyables dans les rangs alliés, mais il était surtout désireux de vendre ses clichés. Il rembarqua le 26 juin.

    Ses images furent réunies en une présentation publique à Londres en octobre de cette même année 1855. La Société londonienne de photographie réunit 159 de ses vues en un album. La plus grande partie des documents enregistrés par Roger Fenton sont actuellement conservés par Helmuth et Alison Gernsheim.

    Son oeuvre de reporter de guerre devait être complétée, après la chute de Sébastopol, par un autre anglais, James Robertson. On peut également signaler qu'à la même occasion, Szasmathi, un Roumain, faisait un travail similaire.

    Cet aspect documentaire de la photographie devait conduire à l'organisation de sections spéciales dans les armées de tous les pays, qui exigeaient de leur personnel les plus extraordinaires qualités de sang-froid et d'habileté professionnelles. N'est-il pas émouvant de songer que la première grande aventure date déjà d'un siècle ?...

    Note du webmaster : j'ignore qui est l'auteur de ces petits croquis à l'encre qui accompagnent les articles de PGH dans "Kodéco" - peut-être lui-même, car il dessinait assez bien... Mais jusqu'ici je n'en ai pas trouvé trace dans ses dossiers.
    © 2007-2015, Claude Marillier & © 1960, Pierre G. Harmant
     
    sources lien
    http://collodion.claude-marillier.net/PGH/roger_fenton.html
     
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  •  

    Roger Fenton, The valley of the shadow of death.

    Roger Fenton, The valley of the shadow of death. Dirt road in ravine scattered with cannonballs. LC-USZC4-9217. One of the most famous photos of the Crimean campaign.

     

     

    Roger Fenton's Crimean War photo series is the first historic attempt to portray war campaign with the help of new magic photo media, then still in its infancy.

     

    Sent as a replacement for the Richard Nicklin, a civilian photographer, who was lost at sea, along with his assistants, photographs, and equipment, when their ship sank during the hurricane that stuck the harbor at Balaklava on November 14, 1854.

     

    Fenton spend March-June 1855 in Crimea as an official campaign photographer, payed by the British government, recording participants and landscapes for posterity.

     

    These records never managed to capture battles, explosions, devastations, wounds, blood and tears, partly due to the limitations of photographic techniques of the period, but also because of official wish to glamorize the war and shift public attention away from government and military mismanagement, for which Crimean campaign became infamously known.

     

    However no text descriptions, drawings or paintings wouldn’t be able to surpass realism of Fenton’s photo of the besieged Sebastopol; the main allies ports at Kamiesh and Balaclava; mortar batteries, field trains, camps and everyday camp life; portraits of legendary allies leaders:

     

    Lord Raglan, Lord George Page, General Pennefather, Sir John Brown, Sir Colin Campbell, commander of the “Thin Red Line”; French Maréchal Pélissier, General Bosquet, “Little Nephew of the Great Uncle” Prince Napoleon; Turkish Ismail Pacha and Omar Pacha; officers of the Guards regiments, colorful highlanders and zouaves, sergeants, soldiers, orderlies, reverends, Royal comissioners, railway engineers, camp followers, laborers, fellow artists, war correspondents and civilian travellers.

     

    With the end of the Crimean War, quite modest public interest in Fenton's photos quickly faded away, in 1862 he left photography for good, dying several years later, financially broken and almost forgotten. In our days, however, historians unanimously recognize Fenton's remarkable accomplishments not only for his keen artistic eye and seminal role in establish photography as an artistic endeavor, but also honor him as one of the first professional war photographers.

    SEBASTOPOL

     

    Distant view of Sebastopol looking towards the Dockyard Harbor with the Mamelon & Malakoff Tower

    Distant view of Sebastopol looking towards the Dockyard Harbor with the Mamelon & Malakoff Tower. The lines of Gordon's Battery in the middle distance. Malakoff, the principal Russian fortification, just right of the center. LC-USZC4-9241

    Distant view of Sevastopol from the front of Cathcart's Hill

    Distant view of Sevastopol from the front of Cathcart's Hill. LC-USZC4-9260

    Sebastopol from the front of Cathcart's Hill

    Sebastopol from the front of Cathcart's Hill. LC-USZC4-9261

    Sebastopol with the Redan, Malakoff & Mamelon, principal Russian fortifications

    Sebastopol with the Redan, Malakoff & Mamelon, principal Russian fortifications. Colonel Shadforth seated in the foreground. LC-USZC4-9279

    Sebastopol with the Redan, Malakoff & Mamelon

    Sebastopol with the Redan, Malakoff & Mamelon. LC-USZC4-9212

    Sebastopol with the Redan, Malakoff & Mamelon

    Sebastopol with the Redan, Malakoff & Mamelon. LC-USZC4-9214

    The cemetery Cathcart's Hill - the Picquet House, Victoria Redoubt and the Redoubt des Anglais in the distance

    The cemetery Cathcart's Hill - the Picquet House, Victoria Redoubt and the Redoubt des Anglais in the distance. LC-USZC4-9280

    The tombs of the generals on Cathcart's Hil

    The tombs of the generals on Cathcart's Hill: a man standing at the grave of Brigadier General Thomas Leigh Goldie, who was killed in action at the Battle of Inkerman. LC-USZC4-9222

    The cemetery, Redoubt des Anglais & Inkerman in the distance

    The cemetery, Redoubt des Anglais & Inkerman in the distance. LC -USZC4-9281

    The Mamelon & the Malakof from the front of the mortar batteries

    The Mamelon & the Malakof from the front of the mortar batteries. LC-USZC4-9346

    BALACLAVA

     

    Looking towards Balaclava, Turkish camp in the distance to the right. LC-USZC4-9274

    Cossack Bay, Balaklava. A building next to which is a pile of baskets and a holding pen with horses at the landing place on the cattle pier with several ships at dock in Balaklava harbor, also bell tents at water's edge and the landscape of the hills in the background. LC-USZC4-9205

    Balaklava harbour, the cattle pier. LC-USZC4-9188

    View of Balaklava from the top of Guard's Hill. Harbor with tent encampments in the foreground, ships in the harbor and, on a hill in the background, ruins of the old Genoese castle. LC-USZC4-9353

    Balaclava looking seawards, the Commandant's house in the foreground. Balaklava looking seaward showing general view of the landscape and buildings with the Commandant's house in the foreground, behind which, to the right, is the ordnance wharf and the harbor with a line of ships receding to the middle distance, and in the upper left corner, the remains of the old Genoese castle perched on the hills that line the harbor. LC-USZC4-9142

    The old Genoese Castle at Balaklava, from above the castle pier. LC-USZC4-9116

    View of the lines of Balaclava from Guard's Hill; Canrobert's Hill in the distance. LC-USZC4-9144

    Men seated by railroad bed under construction next to Balaklava harbor. Landing place, railway stores, Balaklava, looking up the harbour. LC-USZC4-9145

    Landing place, Ordnance Wharf, Balaklava, Genoese Castle. LC-USZC4-9141

    Balaklava, from Guard's Hill. LC-USZC4-9168

    k

    View of Balaklava, from camp of Fusilier Guards. LC-USZC4-9151

    View of the lines of Balaclava from Guard's Hill, Canrobert's Hill in the distance, the sirocco blowing. LC-USZC4-9197

    General view of Balaklava, the hospital on the right. LC-USZC4-9198

    The town of Balaklava. LC-USZC4-9211

    ENGLISH ARMY

     

    Captain Bathurst, Grenadier Guards. LC-USZC4-9114

    Cornet Henry John Wilkin, 11th Hussars. LC-USZC4-9124

    Field train, horse artillery. Horse team pulling a gun carriage. LC-USZC4-9218

    Two officers of the 47th Regiment. LC-USZC4-9219

    Major Adolphus Burton & officers of the 5th Dragoon Guards. LC-USZC4-9220

    Encampment of the 71st Regiment at Balaclava commissariat camp, Tents and huts of British camps on hillside and valley at Balaklava. LC-USZC4-9208.

    Lieutenant General Sir John L. Pennefather & orderly in uniform of 4th Light Dragoons. LC-USZC4-9223.

    Captain Bernard, 5th Dragoon Guards, seated on a horse with "V DG" on bags. LC-USZC4-9224.

    Officers of the 90th Regiment of Foot (Perthshire Volunteers) Light Infantry. LC-USZC4-9225.

    Captain Lord Balgonie, Grenadier Guards. LC-USZC4-9226

    Captain Cuninghame, 42nd Royal Highland Regiment. LC-USZC4-9227

    Captain Burnaby, Grenadier Guards. LC-USZC4-9228

    Railway officials, messrs. Swan, Cadell, Middleton, Howse, & Kellock. LC-USZC4-9229

    Colonel Doherty, officers & men of the 13th Light Dragoons, including Colonel Doherty, Cornet Danzil Chamberlayne, Captain Jenyns, and veterinary-surgeon Thomas Towers. LC-USZC4-9230

    Captain Charles Aug. Drake Halford, 5th Dragoons. LC-USZC4-9231

    Lieutenant Colonel Seymour, Fusilier Guards. LC-USZC4-9234

    Lieutenant General Sir George Brown G.C.B. & officers of his Light Division staff Major Hallewell, Colonel Brownrigg, orderly, Colonel Airey, Captain Pearson, Captain Markham, Captain Ponsonby. LC-USZC4-9235

    Captain Walker, 30th Regiment, reading general orders. LC- USZC4-9236

    Lieutenant Colonel William Munro & officers of the 39th Regiment. LC-USZC4-9125.

    Lieutenant Temple Godman, 5th Dragoons, standing next to his horse (the Earl); his servant, Kilburn, stands on the left. LC- USZC4-9239

    Major Keane, on the staff at Balaklava. LC-USZC4-9242

    Captain King, horse artillery. LC-USZC4-9243

    Major General Sir George Buller, K.C.B. LC-USZC4-9244

    The sanitary commission. Dr. John Sutherland is sitting on table, facing right, and Robert Rawlinson, sitting on chair. LC-USZC4-9246

    Major General Sir R. Dacres, Captain Hamley & Colonel Adye. LC-USZC4-9247

    Lieutenant General Sir George Brown, G.C.B., K.H. LC-USZC4-9250

    Lieutenant General Sir Henry John W. Bentinck, K.C.B. LC-USZC4 -9251

    Major Woodford, Rifle Brigade. LC-USZC4-9252

    Group of the 47th Regiment in winter dress, ready for the trenches LC-USZC4-9376

    Colonel Wood & Major Stuart Wortley on the staff of Sir Richard England. LC-USZC4-9253

    Major General James B. Estcourt, Adj.-Gen. to the British forces in the Crimea. LC-USZC4-9254

    Officers of the 88th Regiment. LC-USZC4-9255

    Officers of the 71st Highlanders Regiment with dog. LC-USZC4-9256

    Major Chapman, 20th Regiment. LC-USZC4-9258

    Council of War held at Lord Raglan's Head Quarters, the morning of the successful attack on the Mamelon. Lord Raglan, Maréchal Pélissier, & Omar Pacha. LC-USZC4-9127

    Mr. Thompson, Commissariat. LC-USZC4-9128

    Captain W.H. Seymour, 68th Light Infantry. LC-USZC4-9259

    Captain Heneage, Coldstream Guards. LC-USZC4-9262

    Captain Ponsonby, Captain Pearson & Captain Markham, on the staff of Sir George Brown. LC-USZC4-9263

    Two sergeants, 4th Light Dragoons. LC-USZC4-9265

    Lieutenant Strangeways [i.e., Strangways], Royal Horse Artillery. LC-USZC4-9266

    Officers, some with telescopes, on the look-out at Cathcart's Hill. LC-USZC4-9267

    Quartermaster Hill, 4[th] Light Dragoons, the horse taken immediately after the winter season. LC-USZC4-9268

    Lord Raglan's Head Quarters, with Lord Raglan, Marshal Pélissier, Lord Burghersh, Spahi & Aide-de-camp of Marshal Pélissier. LC-USZC4-9129

    Captain Croker, 17th Regiment, with servant. LC-USZC4-9269

    Lieutenant General Barnard, C.B., facing left, gesturing toward Captain Barnard, with 3 servants. LC -USZC4-9270

    Military encampments of tents and huts on Plateau of Sevastopol's Cathcart's Hill, looking towards the Light Division & Inkermann. LC-USZC4-9271

    Looking towards Mackenzie's Heights, tents of the 33rd Regiment in the foreground. LC-USZC4-9273

    Looking towards Mackenzie's Heights, tents of the 33rd Regiment in the foreground. LC-USZC4-9272

    View of plateau of Sevastopol' showing rows of caissons, with tents on the plains in the background. [Kamara Heights in the distance, artillery waggons in the foreground]. LC-USZC4-9191

    Looking towards St. George's Monastery, tents of the 4th Division in the foreground. LC-USZC4-9275

    General Garrett's quarters with bell tents and huts of the 4th Division. LC-USZC4 -9276

    Camp of the 3rd Division, French tents in the distance. LC-USZC4 -9277

    French left attack, Kamiesch in the distance, Sir John Campbell's marquis tent in the foreground. LC-USZC4-9278

    Captain Layard, aide-de-camp to Lieutenant General Pennefather, K.C.B. LC-USZC4-9282

    British and French staff officers of the Head Quarters: 1) Colonel Vico; 2) Major the Honourable Leicester Curzon; 3) Lord Burghersh; 4) Orderly; 5) Count Revel; 6) Mr. Calvert Interpreter; 7) Colonel Poulet[t] Somerset; 8) Colonel A. Hardinge; 9) Dr. Prendergast; 10) Commander Maxse; 11) Colonel Kingcote; posed sitting and standing on steps at British(?) headquarters. LC-USZC4-9283

    Lieutenant Yates, 11th Hussars, posed with dog, horse and groom. LC-USZC4-9284

    Commander Maxse, seated on a rock. LC-USZC4-9285

    Captain George, 4th Light Dragoons & servant. LC-USZC4-9286

    Lieutenant Colonel Clarke Kennedy of the 18th (Royal Irish) Regiment of Foot, A.D.C. to H.R.H. the Duke of Cambridge. LC-USZC4-9130

    Captain Hume on the staff of Sir John Campbell & his brother. LC -USZC4-9287

    Piling arms. LC-USZC4-9289

    Captain Staunton [i.e., Stanton], Royal Engineers. LC-USZC4-9290

    Officers of the 90th [i.e., 38th] Regiment, Captain Hume and Captain Snodgrass with with horses and groom. LC-USZC4-9393

    Officers of the 57th Regiment. LC-USZC4-9132

    Major Hallewell, Assistant-Quarter-Master-General, lounging out-of-doors, raising a cup for a servant to fill; his marquis tent in background. LC-USZC4-9292

    Major General James B. Estcourt. LC-USZC4-9294

    Major Hallewell, day's work done. LC-USZC4-9295

    Lieutenant General Sir John Burgoyne G.C.B., Inspector General of Fortifications. LC-USZC4-9296

    Brigadier Garrett & officers of the 46th Regiment. LC-USZC4-9297

    Major Henry Morris, C.B., Royal Artillery. LC-USZC4-9298

    Group of the 71st Regiment with colour sergeant. LC-USZC4-9133

    Artillery waggons [i.e., wagons], view looking towards Balaclava. View of artillery camp with caissons, barracks, tents, and horses. LC-USZC4-9299

    Mortar batteries in front of Picquet house Light Division. LC-USZC4-9300

    Mounted soldier, the pocket-pistol - equipped for Balaclava. LC-USZC4-9288

    Captain Charles Aug. DrakeHalford, 5th Dragoon Guards. LC-USZC4-9301

    Captain Vam, friend & servant, 38th Regiment. LC-USZC4-9302

    Lieutenant General, the Honourable Sir James Yorke Scarlett, K.C.B. and Colonel Lowe. LC-USZC4-9303

    Captain Francis Baring, Fusilier Guards, Deputy Assistant Quartermaster General, attached to the Light Division. LC-USZC4-9304

    Colonel Wilbraham, with sword and binoculars. LC-USZC4-9305

    Captain Morgan, Rifle Corps, A.D.C. to General Bernard, on Coxcomb the winner of the Crimean races, the property of Captain Barnard, Grenadier Guards. LC-USZC4-9307

    Colonel Dickson, Royal Engineers. LC-USZC4-9308

    Colonel George Clarke, Scots' Greys, with the horse, Sultan, wounded at Balaklava, rump is branded "2D" for 2nd Dragoons. LC-USZC4-9115

    Lieutenant General Sir George De Lacy Evans, G.C.B., M.P. LC-USZC4-9309

    Colonel Lowe, [i.e., Low] 4th Light Dragoons & servant in winter dress. LC-USZC4-9310

    His Highness Prince William Augustus Edward of Saxe-Weimar, Lieutenant Colonel. LC-USZC4-9313

    Major Brandling's troop of artillery horse. British horse artillery encampment near Kadikoi. LC-USZC4-9161

    Officers of the 68th Regiment. LC-USZC4-9135

    Captain Wilkinson, 9th Regiment. LC-USZC4-9314

    Lieutenant General Sir Harry Jones, K.C.B. LC-USZC4-9315

    Captain Thomas, aide-de-camp to General Bosquet. LC-USZC4-9316

    Captain Thomas Longworth Dames, Royal Artillery. LC-USZC4-9318

    Lieutenant Sir John L. General Pennefather, C.B. LC-USZC4-9321

    Major Brandling's troop, British horse artillery encampment near Kadikoi. LC-USZC4-9210

    Cavalry camp, looking towards Kadikoi. View of encampment showing bell tents, huts, soldiers, and horses. LC-USZC4-9322

    Cavalry camp, looking towards Kadikoi. LC-USZC4-9149

    Captain Clifford, aide-de-camp to General Buller. LC-USZC4-9323

    Lieutenant-Colonel Lord Burghersh, C.B. LC-USZC4-9324

    Sir Colin Campbell. LC-USZC4-9136

    Captain Hall, & group of the 14th near flagpole. LC-USZC4-9325



    James J.M. Wardrop, Esqr. Grenadier Guards. LC-USZC4-9326

    Major Hallewell & Captain Pearson. LC-USZC4-9327

    Major Pipon, Royal Artillery. LC-USZC4-9328

    Sergeant of British Light Infantry. LC-USZC4-9330

    Major Daniels & officers of the 5th Dragoon Guards. LC-USZC4-9331

    Major Radcliffe, 5th Dragoon Guards. LC-USZC4-9332

    Lieutenant Colonel Clarke Kennedy, of the 18th (Royal Irish) Regiment of Foot, A.D.C. to H.R.H. the Duke of Cambridge. LC-USZC4-9137

    Captain Inglis, 5th Dragoon Guards. LC-USZC4-9333

    Mr. Thompson of the Commissariat & attendants of Ismail Pacha, seated on a gabion, ront, surrounded by attendants of Ismail Pacha. LC-USZC4-9334

    Colonel Airey & Major Hallewell with two attendants nearby. LC-USZC4-9335

    Colonel Adye & Captain Whitmore. LC-USZC4-9336

    Dr. Sutherland, Sanitary Commission. LC-USZC4-9138

    Brigadier General Lord George Paget C.B. LC-USZC4-9139

    Major Tinley, & officers of the 39th regiment. LC-USZC4-9337

    Major General Estcourt, Adj.-Gen. Major De Morel, Captain Thompson, Lieutenant-Colonel Blane, Major Kirkland, Lieutenant-Colonel the Honour[able] W.L. Pakenham, officers of his staff. LC-USZC4-9338

    Reverend Mr. Butler & officers of the 47th Regiment. LC-USZC4-9339

    Lieutenant General Pennefather, C.B. LC-USZC4-9340

    Group of officers, 8th Hussars. LC-USZC4-9341

    Group of 4th Dragoon Guards. LC-USZC4-9342

    Officers of the 89th Regiment at Cathcart's Hill, in winter dress, Captain Leslie Skynner, Lieutenant Francis Knatchbull, Captain Robert Rowland Conyers, Lieutenant John Longfield, and Captain Robert B. Hawley. LC-USZC4-9140

    Cooking house, 8th Hussars. On the left is the side of Fenton's photographic van. LC-USZC4-9344

    Lieutenant-General Sir John Campbell & group of officers. LC-USZC4-9345

    General Sir James Simpson, G.C.B. LC-USZC4-9347

    Field Marshall Lord Raglan. LC-USZC4-9348

    Brigadier Robert Garrett. LC-USZC4-9352

    Camp of the 4th Dragoons, convivial party, French & English. One gioard smoking a pipe, two Zouaves, and Mrs. Rogers in front of a hut. LC-USZC4-9355

    Captain Pechell, 77th. LC-USZC4-9356

    Mr. Gammel & friends, 39th Regiment. LC-USZC4-9357

    Colonel Goodlake. LC-USZC4-9358

    Captain Chawner. LC-USZC4-9360

    Major Ralph Budd, Captains John Dwyer, William Cosmo Trevor, Frederick Hammersley, John Barlow, and Angus(?) Hall, 14th Regiment. LC-USZC4-9361

    Captain Walker, 30th Regiment. LC-USZC4-9143

    Captain Halford. LC-USZC4-9363

    Mr. Simpson, the artist. LC-USZC4-9365

    View of British camp with Turkish camp in the distance on plateau before Sebastopol. LC-USZC4-9163

    Captain Hughes, lately employed on special service in Circassia (he brought the important intelligence to the Allies at Kertch of the fall of Anapa). LC-USZC4-9366

    Captain Belfield. LC-USZC4-9367

    Lieutenant General Sir Colin Campbell G.C.B. LC-USZC4-9369

    Commissary General William Filder. LC-USZC4-9370

    "Sir Henry Rawlinson", Sanitary Commissioner. LC-USZC4-9371

    Dr. Sutherland, Sanitary Commissioner. LC-USZC4-9372

    Major General Charles Ashe [sic] Windham. LC-USZC4-9373

    Colonel Frederick G. Shewell, C.B., commanding Hussar Brigade. LC-USZC4-9147

    The Honourable Major Cathcart, Dep. As. Adj. General to the Light Division. LC-USZC4-9148

    Officers & men of the 89th Regiment Captain Robert B. Hawley, Captain Leslie Skynner, Major Caledon Richard Egerton, Major William(?) Watson, Major Fred. Charles Aylmer, Captain John M. Cuppage and others standing and sitting in front of bell tent, some wearing winter dress. LC-USZC4-9150

    Lieutenant General Sir John Campbell & Captain Hume, his aide-de-camp, the general sitting. LC-USZC4-9152

    Mr. Angel, postmaster. LC-USZC4-9131

    Mr. Angel, postmaster. LC-USZC4-9153

    Lieutenant General Sir Harry Jones & Staff. LC-USZC4-9155

    Captain Graham & Captain Macleod, 42nd Regiment. LC-USZC4-9157

    Colonel Brownrigg C.B. & the two Russian boys Alma & Inkermann. LC-USZC4-9158

    Captain John Drysdale, 42nd Regiment. LC-USZC4-9159

    Men of the 77th (The East Middlesex) Regiment of Foot in winter costume. LC-USZC4-9160

    Men of the 68th (The Durham) Regiment of Foot in ordinary dress. LC-USZC4-9162

    Cavalry camp near Balaklava. LC-USZC4-9117

    Major Percy Archer Butler, 28th Regiment. LC-USZC4-9118

    Camp of the 4th Dragoon Guards near Karyni. LC-USZC4-9164

    British private in full marching order, in front of tent, with rifle, canteen, knapsack, and other equipment. LC-USZC4-9165

    Captain Phillips & Lieutenant Yates, 8th Hussars. LC-USZC4-9166

    Military camp. LC-USZC4-9169

    Quiet day in the "Mortar Battery". LC-USZC4-9170

    Camp of the 4th Light Dragoons - soldiers quarters. LC-USZC4-9171

    Cemetery on Cathcart's Hill - officers on the look-out. LC-USZC4-9172

    Captain Holder, Fusilier Guards. LC-USZC4-9173

    Brigadier McPherson, CB., & officers of the 4th Division: Captain Clement Henry John Higham [i.e., Heigham], 17th Regiment; Captain William Henry Earle, Major of Brigade; Captain (John L. or Edward) Croker, 17th Regiment; Captain Roger Swire; Captain Philip McPherson, posed next to tent. LC-USZC4-9174

    Lieutenant-colonel Thomas Shadforth at his hut & officers of the 57th Regiment. LC-USZC4-9119

    Brigadier General Henry Frederick Lockyer & two of his staff of the 97th Regiment of Foot. LC-USZC4-9175

    Officers of the 71st Highlanders. LC-USZC4-9176

    Camp of the 5th Dragoons Guards, looking toward the village of Kadikoi. LC-USZC4-9177

    Camp of the 5th Dragoon Guards, looking towards Kadikoi. LC-USZC4-9178

    Captain Henry W. Verschoyle, Grenadier Guards. LC-USZC4-9179

    Captain Lilley, field train. LC-USZC4-9181

    Lieutenant Gayner [i.e., Gaynor], 47th Regiment. LC-USZC4-9182

    William H. Russell, Esqr., the Times special correspondent. LC-USZC4-9183

    The 68th Regiment, winter dress. LC-USZC4-9184

    Dr. Marlow, 28th Regiment. LC-USZC4-9185

    Captain Hughes, lately employed on special service in Circassia (he brought the important intelligence to the Allies at Kertch of the fall of Anapa). LC-USZC4-9120

    Captain Henry R.C. Godley, 28th Regiment. LC-USZC4-9121

    Captain Brown, 4th Light Dragoons & servant, winter dress. LC-USZC4-9186

    Lieutenant General Sir William J. Codrington K.C.B. LC-USZC4-9189

    Lieutenant Grills, R.H.A. LC-USZC4-9190

    Rev. Henry Press Wright, principal chaplain to the forces in the Crimea & Reverend Messieurs Wallace, William Sykes, Parson, H.A. Taylor, J.G. Boudier, E.G. Parker, Preston & J.A. Crozier. LC-USZC4-9192

    Henry Duberly Esqr., paymaster, 8th Hussars, standing before Mrs. Isabella Duberly, on horseback. LC-USZC4-9194

    Viscount Kirkwall, Captain 71st Highlanders. LC-USZC4-9195

    Captain John MacDonnell Webb, 4th Dragoon Guards, standing in the doorway of his hut, looking at Colonel Hodge (standing in profile), Mrs. Rogers, Webb's servant with a horse, and several others. LC-USZC4-9196

    Plateau of Sebastopol: Allied camp on the plateau before Sebastopol. LC-USZC4-9122

    Lieutenant-Colonel Frederick Edward Chapman, C.B., Royal Engineers. LC-USZC4-9200

    Brigadier-General Garrett & officers of his staff. LC-USZC4-9201

    Lieutenant General Pennefather, & Captain Wing, Captain Layard, Captain Ellison, Colonel Wilbraham, Colonel Percy Herbert, Major Thackwell & Dr. Wood, officers of his staff. LC-USZC4-9202

    Captain Mottram Andrews, 28th Regiment. LC-USZC4-9203

    The honourable Major Augustus Murray Cathcart, Dep. As. Adj. Gen. to the Light Division. LC-USZC4-9204

    Group of officers of the 17th (The Leicestershire) Regiment of Foot. LC-USZC4-9206

    Lieutenant William Affleck King, 4th Light Dragoons. LC-USZC4-9207

    Major Adolphus Burton, 5th Dragoon Guards. LC-USZC4-9123

    Cavalry camp, church parade. LC-USZC4-3912

    Captain Robert Portal, 4th Light Dragoons equipped for Balaklava. LC-USZC4-9213

    Colonel Edward Birch Reynardson (he had the command of the Grenadier Guards at the battle of Inkermann). LC-USZC4-9215

    Officers of the 57th Regiment, and a servant stands with a horse in the background. LC-USZC4-9216

    FRENCH ARMY

     

    General Labousiniére & General Beuret. LC-USZC4-9248

    Zouaves & soldiers of the line. LC-USZC4-9249

    General Bosquet. LC-USZC4-9343

    General Pierre Bosquet giving orders to his staff. LC-USZC4- 9237

    General Bosquet giving orders to his staff. LC-USZC4-9199

    General Cissé, with officers & soldiers of General Bosquet's Division, a zouave stands at the far left. LC-USZC4-9245

    The Provost Marshal of the Division of General Bosquet. LC-USZC4-9291

    Colonel Vico, attached to the British Head Quarters. LC-USZC4-9306

    Maréchal Pélissier, G.C.B. LC-USZC4-9311

    General Cissé, chief of the staff to General Bosquet, & aide-de-camp. LC-USZC4-9312

    Two French officers, seated, and Zouave, standing with arm resting on rifle. LC-USZC4-9134

    Maréchal Aimable-Jean-Jacques Pélissier, G.C.B. LC-USZC4-9319

    His Royal Highness Prince Napoleon. LC-USZC4-9193

    Maréchal Pélissier, G.C.B. LC-USZC4-9349

    General Bosquet on Bayard. LC-USZC4-9354

    Captain Fay on General Bosquets staff. LC-USZC4-9359

    Commander Ballan, officer on Bosquet's staff. LC-USZC4-9368

    Zouave & officer of the Spahis. LC-USZC4-9154

    Chasseur d'Afrique - officer. LC-USZC4-9180

    Two French Army Zouaves. LC-USZC4-9187

    Captain Charles A. Fay on General Bosquets staff. LC-USZC4-9209

    Captaine Thomas (right) and another French officer. LC-USZC4-9362

    Vivandière. French cantinière wearing Zouave regiment dress. LC-USZC4-9221

    TURKISH ARMY

     

    Ismail Pacha (General Kmety) on horseback, with three attendants. LC-USZC4-9232

    Nubian servants & horses. LC-USZC4-9233.

    h

    Ismail Pacha (Hungarian general Kmety) ordering his chibouque. LC-USZC4-9146

    Ismail Pacha & Mr. Thompson of the Commissariat. LC-USZC4-9156

    Ömer Lûtfi Pasa. LC-USZC4-9317

    j

    Omar Pacha & Colonel Simmons, Queen's Commisioner at the head quarters of the Ottoman Army. LC-USZC4-9257

    Ömer Lûtfi Pasa. LC-USZC4-9350

    AUXILARIES

     

    Group of Tatars labourers at work repairing roadway in Balaklava in front of the Store of 14th Regiment. LC-USZC4-9238

    Discussion between two Croats. LC-USZC4-9264

    Group of Montenegrins. LC-USZC4-9293

    Group of Croats laborers posed for group portrait. LC-USZC4-9320

    A Croat chief. LC-USZC4-9329

    A group of Croat laborers. LC-USZC4-9351

    Dromedary. LC-USZC4-9364

    ROGER FENTON

     

    "A Zouave". Roger Fenton, dressed in a Zouave uniform, seated on the floor, with props. LC-USZC4-9126

    "A Zouave". Roger Fenton, dressed in a Zouave uniform, with a rifle. LC-USZC4-9167

    j

    The artist's van. Marcus Sparling, seated on Roger Fenton's photographic van. LC-USZC4-9240

     

     

     

     

    http://www.allworldwars.com/Crimean-War-Photographs-by-

    Roger-Fenton-1855.html

     

     

    http://www.metmuseum.org/toah/hd/rfen/hd_rfen.htm 

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • La Tonte des femmes,

    "châtiment sexué d'une collaboration"

     

     

    Une étudiante de 21 ans a voulu rompre avec son compagnon parce qu' « il est possessif, je voulais qu'on se sépare parce que je préparais mes partiels. »
     
    Elle fut traînée dans la salle de bain, rouée de coups de pieds au niveau des hanches, tondue au dessus du crâne, attouchée sexuellement.
    Son ex-compagnon a expliqué son geste par cette déclaration:
     
    « pour que tu ne fasses plus ta belle ! ». 
    (Source: la dépêche.fr-toulouse.)
    Cet homme a ressenti le besoin d'anéantir le pouvoir séducteur de sa copine en lui ôtant un symbole de la fémininité : sa chevelure.
     
     

    "C'est une gloire pour une femme, car la chevelure lui a
    été donné en guise de voile"
     
    Saint Paul dans le premier épître aux Corynthiens (11,14-15).
    Dans l'histoire du monde, de nombreux exemples montrent le lien systématique entre les cheveux des femmes et leur séduction.
     
     
    A la fin du IIème siècle, Clément d'Alexandrie condamne les dévergondées à l'épilation afin de les punir de leur vie sexuelle libérée. La pilosité était selon lui un cadeau divin :
    "Dieu a voulu que la femme soit imberbe, fière de sa seule chevelure naturelle comme le cheval l'est de sa crinière; mais il a orné l'homme d'une barbe comme les lions et il l'a désigné comme homme par une poitrine velue; c'est le signe de la force et de l'autorité. Pareillement, il a parlé de crêtes semblables à des casques les coqs qui combattent pour défendre les poules.
     
    Les êtres mâles sont plus chauds et plus velus que les êtres femelles, les animaux entiers plus chauds que ceux châtrés, les adultes plus chauds que ceux qui n'ont pas achevé leur croissance. Il est donc sacrilège de maltraiter ce qui est symbole de la nature virile, la pilosité."
     
    Le rasage de l'arme de séduction est depuis très longtemps, le châtiment suprême pour la femme adultère.
    Marguerite de Bourgogne fut, pour son infidélité, répudiée, tondue puis étranglée sur ordre de son mari, Louis X, en 1314.
    ( source: Un corps pour soi. La trichologie, Christian Bromberger)

    Evidemment, la tonte femmes renvoie à des épisodes de  punition  publique, qui "n'est pas le châtiment d'une collaboration sexuelle mais le châtiment sexué d'une collaboration"  selon Fabrice Vigili.


    Les tontes fascistes :

    Pendant la guerre civile espagnole, les phalangistes venaient chercher les femmes à leur domicile, les amener sur la place publique, leur raser la tête. Parfois ils leur laissaient quelques mèches pour qu'elles puissent y accrocher des rubans. On leur pendait au cou une pancarte sur laquelle était écrite « ROJO » (rouges). On les baladait ensuite dans la ville plus ou moins dénudées, on lui faisait boire de l'huile de ricin pour lui « purifier les entrailles ». La tonte capillaire pouvait parfois s'accompagner de tortures et de la tonte de la toison pubienne.
    Les reproches faits à ces femmes étaient :
    - leur engagement politique
    - avoir engendré des républicains
    - avoir laissé le virus marxiste s'insinuer à travers leur progéniture
    - ne pas avoir tenu le rôle traditionnel d'éducatrice catholique
    - avoir donné une éducation « marxiste,athée et pornographe » à leurs enfants.

    Les femmes qui ont eu une sexualité libre étaient considérées comme extrêmement négatives pour les phalangistes, assimilées à des protituées, pornographiques et bestiales.
    Le docteur Vallejo-Naveja, nationaliste, a déclaré «  des républicaines jugées de débiles, ne s'engageant aux côtés des républicains que pour assouvir les instincts sexuels latents »
    Les femmes sorties de l'enfermement traiditionnel du foyer ne sont vues que comme des hérétiques, des femmes publiques qui constituaient des menaces pour l'ordre machiste.
    Sans chevelure, la femme perdait son pouvoir de séduction, elles retournaient à l'ordre masculin. C'est le deuil de la païenne pour épouser un bon chrétien.
    Le corps des tondues qui a porté en lui la pourriture marxiste (pour les phalangistes) devient porteur du projet de régénération phalangistes de la société.
    La section féminine de la phalange prenait le relai pour rééduquer ces femmes.

    Les tontes de la libération.
    Surtout dans les pays de l'Europe Occidentale, accusées de « collaboration horizontale ».
    20 000 tondues (une estimation basse selon Dominique François) pour 80 000 enfants nés d'une union de femmes françaises et de soldats allemands.
    La presse clandestine, dès juillet 1941, a été la première à relater les faits commis par les comités locaux de libération (CLL).
    La première vague importe a été divulgué par Radio Londres le 20 et 30 août 1944.
    La deuxième vague fut en mai/juin 1945, lors du retour des prisonniers du STO.
    La dernière tonte a eu lieu en Savoie, en Février 1946.
    Les tondues étaient parfois exécutées en privé.
    Les femmes étaient amenées sur un lieu symbolique (place du village, monuments aux morts, marche de la mairie...) afin d'être tondue puis exhibées en cortège, « le carnaval moche ». La femme est insultée par la foule, dénudée, des croix gammées  peintes sur le corps avec du goudron.

    Ces femmes étaient des femmes seules, divorcées, veuves, dont le mari était en captivité, au service d'allemands (femmes de ménages, nourrice..) ou habitant seulement à côté de maison d'allemand (surtout les institutrices qui occupaient des logements de fonction). 
    Toutes les catégories socio-professionnelles sont touchées, il n'y a pas de portraits types: contact avec l'occupant pour raisons professionnelles ou domicile; des femmes célibataires, jeunes, avec une activité professionnelles importantes: des femmes qui échappent à la surveillance communautaire de la famille par leur profession.
    La rumeur publique était la principale raison.
    Les prostituées n'avaient pas ce traitement car on estimait qu'elles faisaient juste leur travail. (source: wikipédia)
    Le traitement des femmes était diversifié : plongées dans une fontaine, affligée d'un bonnet d'âne ou d'un collier de chien, marquées au goudrons ou au fer rouge de croix gammées.

    Madame Polge fut tondue avant d'être fusillée. Son corps fut transpercé par ses parties génitale, à plusieurs reprises avec un manche à balai.
    (source: www.histoire-en-questions.fr)


    L'accusation relève du discours spécifique reflète l'image d'une femme incapable d'agir de sa propre initiative soit qu'elle suive l'homme avec qui elle partage sa vie, qu'elle se conforme à une nature jugée insouciante, irresponsable, stupide ou immoral: « les faiblesses du sexe faible ».

    C' est l'expression d'un peuple libéré et qui a souffert: une femme tondue est plus complice de ne pas avoir souffert que d'être réellement complice des violences de l'occupant. C'est un exutoire de peur et de souffrance.
    La tonte est une punition de personnes en tant que femme, violence exercée pas contre des femmes mais contre les femmes.
     Le fait de tondre permettait de rejeter la culpabilité sur les femmes jugées de séductrices.
     
    La chevelure était envisagée comme le vecteur d'une collaboration des corps qui relègue en deuxième plan, l'idéologie et les sentiments.
    La mise en scène des tontes était un moyen de pression pour ré-approprier le corps des femmes par :
     
    - marquage comme destruction symbolique des corps coupables
    - désacralisation qui interdit à la tondue de recouvrir de ses attributs féminins
    - moins de sexualité puisque le corps est le reflet de la laideur morale.

    La relation sexuelle est vue non seulement comme trahison mais dénonce aussi des vies construites autour du plaisir et d'une sexualité autonome. Le corps des femmes est perçu comme « une propriété collective ».
    C'est la représentation des femmes dans le discours masculin qui traduit les tontes.
    La tonte est la réappropriation d'un passé républicain, le retour d'un héroisme combattant, identitaire à une souffrance, une virilité retrouvée sans que disparaissent les traits d'une société valorisée et amplifiée par le régime de vichy comme domination masculine.
    La débâcle est transformée en trahison des femmes pour Pétain: les femmes sont responsables de « l'esprit de jouissance » qui a nui à la France.
    Résurgeance de la virilité se traduit par l'exercice massif d'une violence sexuée qui veut désigner la frontière entre la « française »; digne qui reste avant tout épouse, mère, soeur, gardienne du foyer et des valeurs patriotiques; et la « collaboratrice », indifférente au sort de son pays, prête à toutes les compromissions égoïstes.
    (source: Fabrice Vigili, La tonte des femmes de 1943 à 1946, extrait de "La France sera virile ou morte".)

    «  Celles qui ont dérogé à la règle sont donc punies. Sans compter que les femmes ont dévié leurs rôles traditionnels en allant travailler à l'usine, en devenant chef de famille et en obtenant le droit de vote en 1944.
     
    La tonte permet de rétablir l'équilibre de l'avant guerre, lorsque les identités attribuées aux hommes et aux femmes étaient clairement définies. »
    selon la thèse de Julie Desmarais.

     

    A écouter l'histoire de Mandoline et Sigfried.

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  •  

    Roger Fenton
    premier correspondant de guerre photographe
    1819-1869

    Lorsqu'il revint de son "excursion photographique" sur le théâtre de la guerre en Crimée, Roger Fenton fit, devant la Société Photographique de Londres, une narration pittoresque des plus intéressantes sur les conditions de travail qu'il rencontra, et les difficultés qu'il eut à surmonter.

     

    L'article, qui fut publié dans le Journal of the Photographic Society de janvier 1856 est assez long, mais on trouvera ici quelques-uns des passages les plus intéressants du point de vue photographique.

     


    Ce zouave farouche n'est autre que Roger Fenton, photographié (peut-être) par un autre reporter, James Robertson (1855)

    "J'ai pris avec moi une chambre pour portraits, munie d'un objectif de Ross de 3 pouces de diamètre ; deux chambres à soufflet faites par Bourquin, de Paris, et munies d'objectifs de Ross pour paysage, de 4 pouces de diamètre, et deux chambres plus petites, construites par Horne, munies de leurs lentilles ; j'ajouterai que j'ai ensuite substitué à ces dernières une paire d'objectifs de Ross de 3 pouces, avec

    lesquels j'avais précédemment opéré.

     

    Roger Fenton

    The Long Walk, Windsor

    1860

     

    "Ma provision de glaces s'élevait, je crois, à 700, de trois grandeurs différentes, enfermées dans les boîtes à coulisse, dont chacune contenait environ 24 glaces ; ces boîtes étaient ensuite emballées dans des caisses de manière à éviter les accidents".

     

    La "tente" photographique qu'emportait Fenton n'était rien moins qu'une voiture-laboratoire qui, dit-il, avait commencé son aventureuse carrière chez un marchand de vin de Cantorbery...

     


    Le fourgon photographique de Fenton avait commencé sa carrière chez un marchand de vins de Cantorbery, avant de parcourir les champs de bataille.

     

    "Quand elle entra au service de l'art, on lui mit une capote neuve pour la convertir en chambre obscure, des carreaux de verre jaune munis de volets furent fixés sur les côtés ; autour de la capote étaient des réservoirs pour l'eau ordinaire et l'eau distillée, et des rayons pour les livres.

    Sur les côtés se trouvaient des places pour les bains de fixage, pour les cuvettes en verre, pour les couteaux, les entonnoirs et les éponges.

     

    La bouilloire et les autres vases pendaient au-dessous. Sur le plancher, près de l'auge par où s'écoulaient les eaux de lavage, se trouvait un châssis avec des trous, dans lesquels étaient placés les plus lourds flacons.

    "Jusqu'au commencement du printemps, la lumière et la température étaient tout ce qu'un photographe peut désirer. Sans accorder une attention spéciale au bain de nitrate, je pouvais prendre avec un objectif double de Ross, de 3 pouces, avec un diaphragme de 1 pouce simple de Ross, 4 pouces, et un diaphragme de 1 pouce, 10 à 20 secondes d'exposition avec un objectif simple suffisaient souvent pour mes négatifs ; dans quelques cas, c'était trop..."

    Soldat de la guerre de Crimée

     

    Ce Roger Fenton était né en 1819 à Crimble Hall dans le Lancashire d'une famille de 17 enfants... Il devint avocat, mais son enthousiasme pour la photographie fit de lui en 10 ans l'un des plus brillants photographes de son temps.

    C'est au cours de l'été de 1852, alors que son ami Charles Vignoles s'occupait de la construction d'un pont suspendu sur le Dniepr, à Kiew, pour le compte du tzar Nicolas Ier, qu'il reçut sa première mission photographique "pour suivre l'évolution des travaux".

     

     

    Trois ans plus tard, la France, la Sardaigne et l'Angleterre étaient engagées dans une lutte avec la Russie en Crimée. Un éditeur, Thomas Agnew, de Manchester, projeta audacieusement d'envoyer un photographe sur place. Fenton fut choisi et il partit, muni de recommandation du Prince Consort, avec le patronage du Ministère de la Guerre, accompagné de deux assistants.

     

     

    Balaklawa : port de Sébastopol et lieu de débarquement des troupes alliées lors de la guerre de Crimée.

     

    Il débarqua, avec son matériel, à Balaklawa, le 8 mars 1855, au milieu d'une pagaie [sic. Je pense que PGH voulait dire "pagaille" ?! note du webmaster] indescriptible, qui l'obligea à courir d'un officier à l'autre pendant plusieurs jours...



    Pour éviter ce qu'il croyait devoir être des difficultés, nées de la curiosité des soldats de toutes nationalités, il fit peindre sa voiture-laboratoire en blanc, ce qui lui valut à plusieurs reprises le glorieux avantage d'être prix pour cible par les fusils russes...

     

    La chaleur du printemps russe était un ennemi bien plus redoutable  :

     

    "Aussitôt que la porte de la voiture était refermée pour commencer la préparation des plaques, écrivait-il, la transpiration sortait par tous les pores, et le sentiment de soulagement était grand lorsqu'il était possible d'ouvrir la porte pour respirer, même l'air chaud de l'extérieur...

    On buvait comme des poissons".

     

    Il dut bientôt cesser tout travail après 10 heures du matin car "la lumière solaire était si grande et provoquait une telle réverbération que l'on ne pouvait garder les yeux qu'à moitié ouverts".

    A cette chaleur, il fallait ajouter les nuages de mouches, la poussière et, ne l'oublions pas, la nécessité d'utiliser le procédé au collodion humide dans les quelques instants qui suivaient la préparation de la plaque. Comme il faisait usage de plaques 40 x 50 cm, le collodion commençait à sécher avant étendage complet !

    Si l'on met à part les remarquables portraits des personnalités militaires qu'il pouvait rencontrer grâce à sa recommandation officielle, il discutait très librement de la conduite des opérations "avec beaucoup plus de liberté que si j'avais fait partie d'une commission spéciale". Ceci l'amena véritablement sur les champs de bataille.

     

    Lorsqu'il apprit que la décision devait avoir lieu à Sébastopol, il suivit, le 18 juin, avec anxiété les sanglants assauts français et anglais, qui lui donnèrent peut-être l'occasion de saisir cette extraordinaire image de la cantinière soignant un blessé.

    Il évita toujours de prendre les épouvantables images qui sont le lot des champs de bataille, pour composer des documents "destinés à soutenir le moral" de l'arrière", comme on a dit bien plus tard.

     

     

     

     

    Ce sont surtout les incidents du camp qui l'intéressaient, des scènes de la vie de tous les jours aussi bien que l'enregistrement des grandes décisions composent les quelque 360 documents qui nous sont parvenus.

     

     

    Sébastopol n'était pas tombée lorsque Fenton décida de rentrer en Angleterre. A terre, une épidémie de choléra, faisait des ravages effroyables dans les rangs alliés, mais il était surtout désireux de vendre ses clichés.

    Il rembarqua le 26 juin.

    Ses images furent réunies en une présentation publique à Londres en octobre de cette même année 1855. La Société londonienne de photographie réunit 159 de ses vues en un album. La plus grande partie des documents enregistrés par Roger Fenton sont actuellement conservés par Helmuthet Alison Gernsheim.

    Son oeuvre de reporter de guerre devait être complétée, après la chute de Sébastopol, par un autre anglais, James Robertson.

     

     

     

    On peut également signaler qu'à la même occasion, Szasmathi, un Roumain, faisait un travail similaire.

    Cet aspect documentaire de la photographie devait conduire à l'organisation de sections spéciales dans les armées de tous les pays, qui exigeaient de leur personnel les plus extraordinaires qualités de sang-froid et d'habileté professionnelles. N'est-il pas émouvant de songer que la première grande aventure date déjà d'un siècle ?...

     

    SOURCES

    http://collodion.claude-marillier.net/PGH/roger_fenton.html

     

    Les articles de Pierre G. Harmant

     

    Article paru dans "Kodéco" de mai 1960 - pp. 20-21
     
     
     
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  •  

    DERNIERE SERIE de PHOTOGRAPHIES de MARILYN MONROE.. en juillet 1962... quelques jours avant sa mort sur la plage de SANTA MONICA

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique