• ALBERT KAHN

     A. Kahn

     

      

      

    Né à Marmoutier Albert Kahn, s'installe à Boulogne et où il exerce la profession de banquier.

     

      

      

      

    En1895, au moment même où il acquiert ses premières parcelles de terrains à Boulogne, il est un financier avec lequel il faudra désormais compter ;

      

      

    en 1909 sa présence au Japon, en qualité de délégué d'un groupe de capitaliste français dit assez l'importance que cet alsacien a su conquérir avec pour seul appui des dons indéniables pour la finance et un goût aigu de l'effort personnel.

      

    Haiphong, 1915

      

      

    L'ambition de Albert Kahn pourrait sembler, encore aujourd'hui, démesurée : constituer les "Archives de la planète".

      

    Chef de Canton 1915

      

    Banquier, philanthrope, mécène anthropologue et idéaliste, Albert Kahn souhaite pouvoir jeter les bases d'une paix universelle en oeuvrant pour la coopération et la communication internationale.

      

     

    Hanoi, sampans et le pont Paul Doumer, 1915

     

     

    il est le promoteur de multiples projets : bourses de voyages Autour du monde, Société Autour du monde, Comité national d'études sociales et politiques, Centre de documentation, publications périodiques, enfin les non moins ambitieuses "Archives de la Planète".

      

      

    Renonçant à créer une famille, il a choisit de vivre seul, convaincu peut-être, que la qualité et la pérennité de son oeuvre ne s'obtiendront qu'à ce prix.

      

        

    Il souhaite consacrer la fortune qu'il a constituée. Mais pour sa part, toute sa vie il essayera de se maintenir dans l'ombre.

      

    Hongay, 1915

      

    Pour Albert Kahn les acteurs de la nouvelle société ne peuvent être que ceux dont la raison s'est développée grâce à l'éducation elle-même nourrie par la connaissance des réalités non seulement celles de leur pays mais aussi les réalités internationales.

      

    Marché 1915

      

      

    C'est pourquoi il crée en 1898 les "bourses Autour du Monde", destinée à de jeunes agrégés. "Devant la variété et la mobilité des faits, on apprend à se défier des formules" leur rappelle, opiniâtre, Albert Kahn.

     

     

    Sampan en baie d'Halong, 1916

      

      

      

    Ce sont ces jeunes intellectuels qui, au retour de leur voyage, animent la vie du "Cercle" installé en 1906, dans l’une des maisons bordant ses jardins.

      

      

      

    Accueillant les nouveaux membres, notamment les boursiers des fondations étrangères financées, elles aussi, par Albert Kahn, recevant les représentants des différentes tendances politiques, sociales et religieuses au cours d’une réunion du Comité national d'études sociales et politiques, créé en 1916, ils travaillent "à répandre en France

      

      

    la connaissance exacte des pays étrangers, à l’étranger celle de la France, à faire comprendre et estimer tout ce que l’on peut appeler la civilisation internationale ".

     

      
     

    Un chef de canton et autorités communales réunis devant la maison communale, 1915  

     

     

     
      
    Les Archives de la planète

     

    En 1909, Kahn en qualité de délégué d'un grand groupe capitaliste, est invité à aller à Tokyo. Avant de s'y rendre, il décide de passer par la Chine entre le 15 janvier et le 10 février 1909.

      

      

    Il est accompagné de son chauffeur Alain Dutertre qu'il a fait initier à la photo. Celui-ci va réaliser de nombreux clichés stéréoscopiques en noir et blanc, prologue aux archives de la planète.

      

      

      

    En 1912 et 1913, c'est Stéphane Passet qui est, à son tour, mandaté pour réaliser des clichés : autochromes en couleur de la nouvelle République populaire de Chine.

     

     

     

    Mandarin militaire, mandarin chef de province et préfet en costume d’audience solennelle, 1915, vers Hanoi

     

    Après ce premier voyage, il confie à Jean Brunhes, un géographe, la direction scientifique du projet, la coordination et la formation des différents opérateurs qu'il a recrutés.

      

      

      

    Ceux-ci réalisent rapidement des autochromes - premier procédé industriel de la photographie directe des couleurs commercialisé par les frères Lumière dès 1907 - mais il s'agit surtout de leurs apprendre à regarder : "ne voit pas qui veut" se plait souvent à répéter Albert Kahn.

     

      

    Marché du riz 1915

      

    Entre 1909 et 1931, le mécène financera de nombreux reportages photographiques dans cinquante pays, pour constituer une bibliothèque d'images fixes et animées dans le but de fixer "des aspects, des pratiques et des modes de l'activité humaine dont la disparition fatale n'est plus qu'une question de temps".

     

     

    Rue des ferblantiers, Hanoi, 1915

      

    Ces archives contiennent 72.000 autochromes et 170.000 mètres de films.. Demeurée incomplète en raison de la ruine du mécène cette vaste entreprise laisse un témoignage remarquable de la vie à cette époque.

      

    HANOI Rue Paul Bert, Hanoi, 1914-1915
      
      
      
    Les jardins

     

    Albert Kahn crée à Boulogne-Billancourt des jardins qui réunissent de nombreuses essences rares et divers exemples de paysages, confiant les travaux à l’architecte-paysagiste Achille Duchêne. Paré de ses trois coupoles en verre et d’une remarquable architecture en treillage, le palmarium forme, avec le fruitier et le verger, le centre du jardin. C’est cette partie qu’Albert Kahn fait aménager en premier, sur trois parcelles acquises en 1895.

      

     

      

    La poursuite de l’agencement des jardins, au gré des acquisitions – une vingtaine formant au total près de quatre hectares -, semble avoir été conduite par Albert Kahn et ses seuls jardiniers. Ce sont eux qui, certainement, ont décidé du tracé des allées.

      

      

      

    Toutes convergent vers le jardin français ou divergent vers le jardin japonais, anglais, la forêt de cèdres bleus, le marais, la forêt vosgienne. Des sentiers étroits bordés d'azalées butent sur des cascades et des cours d'eau qu'enjambent ponts en bois ou en pierre.

     

     

    Albert Kahn interviewé par un journaliste à Boulogne en 1938

    A. Kahn

      

    Albert Kahn devait chérir particulièrement son jardin japonais: c'est essentiellement là que ses opérateurs ont pu le filmer lorsque, par extraordinaire, il participait à la visite et ne s'était pas encore aperçu que la caméra le prenait dans son champ.

    Ce sont essentiellement essentiellement ses boursiers qui sont invités à venir méditer dans ces jardins, uniquement " le dimanche de 13 à 17 heures ". Membres titulaires du Cercle autour du Monde, c'est à eux aussi qu'Albert Kahn confie la responsabilité de recevoir ceux qui détiennent entre leurs mains la destinée des nations.

      

      

      

      

    Anatole France, Barrès, Paul Valéry, Bergson, l'ami de toujours, Bourdelle, Pierre 1er de Serbie, Alexandre 1er de Roumanie, Elisabeth de Belgique, Venizélos, Sir Austen Chamberlain, Einstein et tant d'autres, ont parcouru ces allées, assistant ensuite à une projection des images des Archives de la Planète rapportées des quatre coins du monde.

      

      

      

    Ces réunions dominicales avaient pour but de permettre à ces hôtes illustres d'échanger leurs points de vue souvent contradictoires, pour arriver à une compréhension mutuelle, à une entente... cette entente si magistralement illustrée par les jardins tels qu'ils ont été conçus par Albert Kahn, comme l'image même d'un monde réconcilié. 

     



     

      

      

    Albert KAHN meurt en novembre 1940, totalement ruiné. Un huissier vient faire l' inventaire de ses possessions, bien qu'il se trouve encore dans l'appartement sur son lit de mort !

      

      

    L' évaluation des films et autochromes - la richesse actuelle du musée -est alors établie à 500 francs, la même valeur étant attribuée à ses valises !

     

      

      
    Le gouverneur du Tonkin, et sa famille, 1915
      
      
    L'Espace Albert Kahn
    Musée départemental des Hauts-de-Seine (France)

     

    Le musée conserve et fait vivre l'oeuvre d'Albert Kahn (1860-1940), qui est progressivement révélée au public au sein de la propriété d'Albert Kahn à Boulogne, où ses jardins à scènes multiples sont à l'image du monde dont il rêvait. Cette oeuvre documentaire multimédia, qu'il crée avant la lettre, est présentée aujourd'hui grâce à un système audiovisuel performant : le visiteur peut faire la projection de son choix sur des postes de consultation individuelle.

      

    Adresse : 14, rue du Port, 92100 Boulogne
    Tél : + 33 (0) 01 55 19 28 00 Fax : + 33 (0) 1 46 03 86 59
    Minitel: 3615 KAHN

      
      
      
    Le Pont Paul Doumer, Hanoi, 1915
      
      
    Sites web :

     

    Le site officiel :
    www.albert-kahn.fr
    Sur le jardin :
    http://membres.lycos.fr/cobalt03/bienvenu.html

     

      

      

      

     

    SOURCES

      http://judaisme.sdv.fr/perso/albertk/k-diapo.htm

      

     

     

     

      

    « BLOUSONS D'AVIATEURS de la SECONDE GUERRE MONDIALEVINTAGE 1916 - Photos cartes à jouer »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,