• Biography: Pictorial photographer Leonard Misonne

     Leonard Misonne

     

     

                                 Leonard Misonne (1870 – 1943) was a Belgian photographer.

     

    Misonne was a master pictorialist photographer, whose atmospheric landscapes and street scenes are among the finest pictorial depictions of such subject matter. He employed many process and techniques throughout his career and championed a highly diffused printing system and light quality. His photographs are among many important collections and anthologies on the history of pictorialist photography.

     

    Misonne fut le septième fils de Louis Misonne, avocat et industriel, et d'Adèle Pirmez. Il étudia le génie minier à l'Université catholique de Louvain (1834-1968), mais n'exerça jamais comme ingénieur. Encore étudiant, il s'intéressa à la musique, à la peinture et, à partir de 1891, à la photographie sur laquelle il se concentra exclusivement à partir de 1896.

    Misonne effectua plusieurs voyages en Suisse, Allemagne et France. Il se fit connaitre avec ses effets de lumière retravaillés.« Le sujet n'est rien, la lumière est tout » affirmait-il. Misonne fut connu pour son sens de l'atmosphère, mais son approche est étiquetée d'un point de vue artistique comme conservatrice et sentimentale.

    Ses effets floutés, à l'approche impressionniste lui ont valu le surnom de « Corot de la photographie »[réf. nécessaire].

    Misonne a d'abord travaillé principalement avec le processus de photographie obtenu à partir d’une suspension de bromure d'argent dans de la gélatine qu'il apprit en 1910 à Paris auprès du célèbre photographe Constant Puyo. Ensuite il devint un chef de file de renommée internationale du Pictorialisme et une figure connue des cercles avant-gardistes.

    La plupart de ses clichés ont été pris en Belgique et aux Pays-Bas ; ce sont principalement des paysages, quelquefois des scènes de plages et des vues de Gand et Anvers.

     

    Misonne souffrait d'une forme grave d'asthme et y succomba en 1943, à Gilly, en Belgique.

     

     

    Je tiens à attirer votre attention sur ce Maitre qui nous fait replonger dans la vie des gens simples du peuple entre la fin du 19eme et le début du 20eme. 

    • Observez donc la lumière, vous ne la connaissez pas; vous ne la soupconnez pas!
    • Vous photographiez les choses pour ce qu'elles sont, alors que vous devriez le faire pour ce qu'elles paraissent, c'est à dire pour ce qu'en font la lumière, l'atmosphère.
       
    • La lumière fait resplendir toute chose; elle transfigure et ennoblit les sujets les plus humbles, les plus vulgaires.

    • Le sujet n'est rien; la lumière est tout!
      Apprenez donc à découvrir cette lumière favorable; c'est elle qui fait le tableau.

    • Savoir voir est la qualité essentielle du photographe; c'est aussi la plus difficile à acquérir. 
       
    • Léonard Misonne, lettre reproduite dans:
    • "Introduction à l'Œuvre Photographique de Léonard Misonne",
    • Maurice Misonne, Éd. Mereaux, Bruxelles,1971

     

    Après des études d'ingénieur à l'université de Louvain, il vécut de ses rentes, s'adonnant à sa passion de la photographie. Membre de l'Association Belge de Photographie, il devint dès 1900 l'un des chefs de file du pictorialisme.

     

    Ce mouvement voulait qu'une image photographique soit conçue, réalisée, exposée et vue suivant les mêmes critères que les autres arts plastiques, et qu'elle n'ait pas pour fonction exclusive la représentation du réel.

     

    Leonard Misonne, Dans La Foret:

    Utilisant les techniques du tirage au charbon, du tirage à l'huile et du Mediobrome (qu'il mit au point), il n'hésitait pas à intervenir sur ses images pour leur donner le "cachet" d'un tableau.

     

    Die Kunst in der Photographie : 1908 Léonard Misonne "Sur le Barrage":

    Il a surtout photographié les paysages de la campagne de l'entre-Sambre et Meuse éclairés par la lumière du matin.

    Le Vieux Bruges:

    Le Vieux BRUGES

    Il les photographiait à contre-jour pour obtenir une lumière à la fois vive et diffuse, tamisée par les brumes. Sans tomber dans les excès de certains, Misonne a su représenter ce que le pictorialisme a pu produire de meilleur. 

    SOURCES / http://monovisions.com/leonard-misonne-biography-pictorial-photographer/

    pictorial-photographer-leonard-misonne-01

    Pictorial photographer Leonard Misonne

     

     

    Le photographe belge le plus connu sur la scène internationale n'a jamais, paradoxalement, quitté la petite ville de Gilly, près de Charleroi, où il est né et où il mourut.

     

    Après des études d'ingénieur à l'université de Louvain, il vécut de ses rentes, s'adonnant à sa passion de la photographie.

     

    En 1896, il devint membre de l'Association Belge de Photographie, importante société de photographes amateurs qui connaissait depuis quelques années un essor remarquable et bénéficiait d'une réputation solide auprès des sociétés étrangères.

     

    Par la rigueur de son travail et la qualité de ses épreuves, Misonne devint dès 1900 l'un des chefs de file d'un mouvement international, l'école de la photographie artistique, que l'histoire de la photographie a retenu sous le nom de pictorialisme.

     

    Ce mouvement défendait l'idée, nouvelle à l'époque, que la photographie devait figurer parmi les beaux-arts et qu'une image photographique devait être conçue, réalisée,

    exposée et enfin vue et critiquée à partir des mêmes critères et avec les mêmes références que les autres arts plastiques.

     

    La photographie moderniste du XXe siècle hérita de cette idée.

     

    Cependant, quelques représentants du pictorialisme, certains parmi les plus illustres, comme le Français R. Demachy ou l'Américain E. Steichen, ne surent pas imposer de limites au mouvement et pratiquèrent une photographie imitant les arts picturaux jusque dans leur facture.

     

    Utilisant des procédés de tirage qui facilitaient l'intervention manuelle (tirages au charbon, à la gomme bichromatée, à l'huile), ils produisirent des images de plus en plus dénuées de tout caractère photographique.

    Misonne aussi usait de ces techniques et n'hésitait pas à jouer de la gomme et du pinceau pour donner à ses épreuves tout le « cachet » d'un tableau.

     

    Cependant, il se gardait de toute position extrémiste et n'a, en définitive, jamais renié la spécificité de l'art qu'il pratiquait. Il concevait celle-ci dans ce qui fait exister la photographie :

     

    la lumière. 

     

    pictorial-photographer-leonard-misonne-02

    Pictorial photographer Leonard Misonne

    pictorial-photographer-leonard-misonne-03

    Pictorial photographer Leonard Misonne

    pictorial-photographer-leonard-misonne-05

    Pictorial photographer Leonard Misonne

    pictorial-photographer-leonard-misonne-06

    Pictorial photographer Leonard Misonne

    pictorial-photographer-leonard-misonne-07

    Pictorial photographer Leonard Misonne

    pictorial-photographer-leonard-misonne-08

    Pictorial photographer Leonard Misonne

    pictorial-photographer-leonard-misonne-09

    Pictorial photographer Leonard Misonne

    pictorial-photographer-leonard-misonne-10

    Pictorial photographer Leonard Misonne

    pictorial-photographer-leonard-misonne-11

    Pictorial photographer Leonard Misonne

    pictorial-photographer-leonard-misonne-12

    Pictorial photographer Leonard Misonne

    pictorial-photographer-leonard-misonne-13

    Pictorial photographer Leonard Misonne

    pictorial-photographer-leonard-misonne-14

    Pictorial photographer Leonard Misonne

    pictorial-photographer-leonard-misonne-15

    Pictorial photographer Leonard Misonne

    pictorial-photographer-leonard-misonne-16

    Pictorial photographer Leonard Misonne

    pictorial-photographer-leonard-misonne-17

    Pictorial photographer Leonard Misonne

    pictorial-photographer-leonard-misonne-18

    Pictorial photographer Leonard Misonne

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique