• MARILYN MONROE... JOE DI MAGGIO... ( 2 )

    Certificat de mariage avec Joe Di Maggio.

     

    Joe di Maggio, le seul homme qui a aimé Marilyn.

     

    Paradoxalement, si elle aima follement un homme qui ne l'aimait pas, il lui arriva peu après d'être aimée aussi totalement par un homme qu'elle n'aimait pas. Cet homme qui l'adora, qui l'idolâtra, cet homme pour qui elle fut une véritable déesse, s'appelait Johnny Hyde. Il était un des plus célèbres "agents de vedettes" de Hollywood. Ce fut lui qui fit fabriqua réellement Marilyn Monroe. Ce fut lui qui fit d'elle la plus grande vedette féminine du cinéma américain. Et s'il fit d'elle cette déesse, c'est parce qu'elle était pour lui une déesse, sa raison de vivre, parce qu'il l'aimait...tout simplement...! Il voulait avec passion que le monde entier partageât l'admiration quasi religieuse qu'il éprouvait pour elle...! Comme il était un véritable génie de la publicité, il suscita autour d'elle de telles campagnes, il fit d'elle un tel centre d'intérêt que, bientôt, chaque jour, dans tous les journaux américains, il ne fut plus question que d'elle. Il rêvait de l'épouser mais elle ne l'aimait pas. Ou plutôt, elle l'aimait mais pas d'amour. Il était pour elle le plus cher camarade ; il était l'homme en qui elle avait une entière et totale confiance ; elle exécutait, sans jamais la moindre protestation, tout ce qu'il lui demandait de faire. Quand il mourut d'une crise cardiaque, elle éprouva une des plus grandes douleurs de sa vie - plus grande peut-être que si elle l'avait aimé d'amour.

     

     

    Avec Johnny Hyde.

     

     

    Jamais elle ne sortait avec un des multiples jeunes premiers de Hollywood. Elle ne fréquentait que Johnny Hyde. Parfois, elle sortait avec un producteur, un metteur en scène, un journaliste, mais ce n'était jamais que sur le plan professionnel. C'est alors qu'elle fit la connaissance de Joe Di Maggio, en juin 1952. Elle tournait "Monkey Business" avec Cary Grant et Ginger Rogers aux studios 20th Century Fox. Un de ses camarades, David March, lui proposa de dîner un soir avec Joe Di Maggio, le célèbre champion de baseball, qu'il connaissait et qui était de passage à Hollywood. Elle était très excitée à l'idée de rendontrer cet homme célèbre. Il faut se rendre compte de ce que représente le baseball aux Etats-Unis.

     

     

     

    C'est le sport national par excellence. Ses vedettes sont au moins aussi célèbres que les plus grandes vedettes du cinéma. Champion de la célèbre équipe des "Yankees" de New York, Joe Di Maggio était connu de tous les enfants du peuple pour lesquels il représentait presque un dieu. Dès qu'il apparaissait sur le stade, une formidable ovation le saluait ; il recevait un énorme courrier d'admirateurs ; lorsqu'on le reconnaissait en ville, il était véritablement assailli par une nuée de chasseurs d'autographes. Pour Marilyn aussi, il représentait une sorte de mythe merveilleux.

     

     

     

    En vraie fille du peuple, elle était passionnée de baseball : son rêve était de voir jouer ce fameux Joe Di Maggio dont tous les journaux parlaient sans cesse et voilà que, sans avertissement, David March lui avait proposé simplement : "Tu veux que nous dînions avec Joe ce soir ?". Durant tout le repas, elle le dévora des eyux ; elle buvait toutes ses paroles ; il lui semblait merveilleux ; pour elle qui, pourtant à l'époque, devenait déjà une grande vedette. Elle lui plut aussi dès le premier soir. Comme tout autre homme, il succombait à son irrésistible féminité.

     

     

     

    Ils se revirent très souvent, mais rarement en public. Joe Di Maggio était un homme timide et il avait horreur de la foule. Il estimait que sa vie privée avec Marilyn n'appartenait qu'à lui. C'est pourquoi avec Marilyn il ne se montra jamais dans les night-clubs de Hollywood qui sont l'obligatoire circuit des grandes vedettes qui veulent s'exhiber : le Mocambo, le Ciro's, etc....Ils passaient toutes les soirées où ils étaient ensemble dans le petit appartemant de Marilyn ; c'était elle qui faisait la cuisine, Joe confiait en riant à ses amis qu'elle n'était pas très bonne cuicinière mais qu'elle était tellement adorable que même les plats les moins réussis paraissaient délicieux en sa présence. Parfois, ils recevaient dans ce même appartement un ou deux rares amis. Jane Russel fut souvent des leurs à l'époque et les aida même à décorer l'appartement.

     

     

    Avec Jane Russel.

     

     

     

    Marilyn et Joe Di Maggio.

     

    Jamais les photographes ne parvenaient à avoir ensemble une photo de ces deux grandes vedettes dont la mystérieuse idylle éveillait tant de curiosité. Ce fut le studio de la 20th Century Fox qui réussit enfin à abtenir par un subterfuge une photo. Ils demandèrent à Joe Di Maggio de poser pour une photo avec marilyn et Cary Grant. Comme Cary Grant s'y trouvait aussi, le timide champion de baseball ne pouvait refuser. Mais, une fois la photo faite, on coupa Cary Grant et on envoya à travers le monde la photo montrant le célèbre couple d'amoureux secrets. Leurs longues fiançailles (un an et demi) furent ainsi un beau roman d'amour. Naturellement, ils ne purent garder indéfiniment le secret. Comme Joe Di Maggio habitait New York et Marilyn Hollywood, ils devaient sans cesse traverser les USA pour se retrouver. Ces continuels déplacements des célèbres vedettes ne pouvaient passer inaperçus. D'ailleurs malgré elle, parce que tel était son caractère, Marilyn ne pouvait être aussi discrète que son fiancé. Un jour, la première fois qu'elle arriva à New York pour le retrouver, les reporters lui demandèrent ce qu'elle désirait d'abord voir de la ville. Elle répondit : "Joe Di Maggio". Lorsqu'elle tourna "La rivière sans retour" dans le Parc National au Canada, Joe prit l'avion et la rejoignit : partiellement parce qu'elle avait peur de Robert Mitchum et voulait placer son fiancé entre elle et lui et partiellement parce qu'ils ne pouvaient vivre longtemps l'un sans l'autre.

     

    A la sortie de l'église.

     

     

    Joe Di Maggio était certainement l'homme qui aima le plus Marilyn. Et ce, bien après sa mort.

     

    Ils projettaient de faire de longues randonnées dans les merveilleux paysages canadiens, mais le sort fut contre eux : c'est à ce moment là que Marilyn se brisa la cheville au cours des prises de vues. Néanmoins, chaque fois qu'ils le purent, ils disparurent pendant plusieurs jours ; lorsuqe le plan de travail du film le permettait, Joe emmenait Marilyn en voiture vers quelques mystérieux nids d'amour dont jamais personne, malgré les ruses de Sioux des photographes, ne parvint à découvrir le chemin. Il n'était pas jaloux de la gloire extraordinaire de sa fiancée. N'était-il pas lui-même une assez grande vedette pour se permettre de ne pas se sentir amoindri dans son ombre ? De plsu, c'était un homme simple, timide et discret. Chaque fois qu'il était surpris en compagnie de Marilyn, il s'effaçait au second plan, lui laissant tous les applaudissements et toutes les ovations. Lorsqu'ils se marièrent en janvier 1954, cela fit l'effet d'une bombe. Certains prédirent que la carrière de Marilyn allait en connaître une chute verticale, parce que trop d'hommes seraient déçus. D'autres se demandèrent si ce amriage allait durer ; ils prévoyaient le jour où ces deux grandes carrières finiraient inévitablement par se heurter. On parla également d'un mariage publicitaire. Cependant ce fut un mariage d'amour. Et ce fut une union heureuse ! Parce qu'il y a deux Marilyn : l'une qui appartient au public ; l'autre qui appartenait à Joe Di Maggio...

     

     

    Lors de leur mariage.

     

     

     

    La première est ce prodigieux phénomène de féminité, aux lèvres prometteusement entrouvertes et à la démarche féline. Elle possédait un sens inné du spectacle. C'est en quoi elle fut une authentique et remarquable artiste, n'en déplaise à tant d'esprits chagrins. La seconde était simplement l'épouse de Joe Di Maggio. C'était une jeune femme aux goûts simples, désireuse avant tout de bonheur, de respectabilité, de sécurité, de tranquilité. Lorsqu'elle n'était plus en public et qu'il ne s'agissait plus de sa carrière, elle était l'épouse la plus bourgeoise que l'on pût trouver. Elle faisait preuve, dans la vie réelle, d'une modestie vraiment admirable. Son prodigieux succès ne lui est jamais monté à la tête. Joe Di Maggio était aussi un homme simple. Ils étaient faits pour s'entendre. Il haïssait les réceptions : elle aussi, mais elle savait que sa carrière exigeait d'elle qu'elle se montrât et sous le jour "Monroe". Comme elle possédait une conscience professionnelle dont on a peu d'exemples, jamais elle n'eut un accès de mauvaise humeur ; elle se rendit vêtue de robes fort déshabillées, à toutes les grandes premières, aux réceptions qu'elle ne pouvait éviter.

    Lors d'un banquet.

    Les journaux à scandales toujours à l'affut.

    Un amour unique. Marilyn et Joe.

    Souvent même Joe Di Maggio ne l'y accompagnait pas, tant il avait horreur de s'habiller et de rencontrer des gens. Il venait la prendre, une fois la réception terminée. On peut se demander pourquoi un mariage qui contenait tant de chances de durer, finit si brutalement. S'il s'était agi d'un coup de tête comme il arrive si souvent dans le monde du cinéma, on comprendrait. S'il s'était agi d'une union, publicitaire, on aurait compris aussi. Mais c'était un vrai mariage d'amour.

    Ces 5 photos assez rares, ont été prises che Milton Greene en 1954, chez qui Marilyn avait passé quelques temps dans son pavillon du Connecticut.

    Ici, avec Milton Greene.

    En fait, c'est un drame fort simple : Marilyn était déchirée entre les deux personnages également présents en elle : les deux Marilyn décrites ci-dessus, la vedette et l'épouse. C'est cette dualité qui a mis fin au mariage. En annonçant la rupture, Marilyn pleurait. C'étaient de vraies larmes ; elle était désespérée parce qu'elle perdait l'homme qu'elle aimait ; il n'entrait là-dedans nulle part de comédie ni de cabotinage. D'ailleurs ce n'est pas seulement sur son grand amour perdu qu'elle pleurait, mais sur elle-même, sur son tragique destin d'artiste. En octobre 1954 le mariage est romput. Il n'aura duré que 9 mois, de janvier à octobre....

    June Di Maggio (à gauche) la nièce de Joe. Auteur du livre ci-dessous. Elle y révèle que, juste avant la mort de Marilyn, celle-ci était au téléphone avec son ex-mari qui lui annonçait l'arrivée de son assassin.

     

     

     

     

     

     

    SOURCES : http://www.thinesclaude.com/marilyn-et-les-amours-perdus.php

    « DOLL PARTIES... Washington 1903NORMA JANE.... MARILYN MONROE... les premiers pas ( I ) »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks