• NORMANDIE à la BELLE EPOQUE

     

     

     

    la belle époque deauville

     

      

    Oeuvres de bienfaisance, ventes de chevaux de courses et loisirs balnéaires marquent le passage du XIXe siècle au XXe. 30 ans après Sedan et la chute du Second Empire qui l’avait façonné, Deauville renoue avec son faste d’antan.

    Ah ! la Belle http://www.patrimoine-normand.com/index-fiche-37280.htmlÉpoque !

     

     

     

     

     

     

     

    Au milieu du XIXe siècle, la petite ville de Trouville connaît des transformations considérables qui la préparent à devenir une station balnéaire importante. L’engouement pour les bains de mer au début des années 1830, la création du premier casino-salon en 1838, l’ouverture du chenal en 1849, l’arrivée du chemin de fer en 1863 attestent incontestablement des conséquences favorables des premiers pas du tourisme balnéaire. En 1843, Trouville reçoit déjà 5 000 estivants et les plus fortunés d’entre eux se portent acquéreurs de terrains, en bord de plage, dans le but d’y construire leur villa d’été. C’est le cas du docteur Oliffe, ami du député Morny et amoureux de Trouville qui, en septembre 1844, achète un terrain en accès direct à la plage au bout de la rue de Paris. L’année suivante, il lance les travaux du Topsy, destiné à être sa résidence d’été privée. (...)

     

     

     

     

     

     

     

     

    haute normandie

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La gare de Langrune est une gare ferroviaire française des chemins de fer secondaires, fermée en 1950, située sur la commune de Langrune-sur-Mer[1], dans le département du Calvados en région Basse-Normandie. Pendant sa période d'exploitation, elle est gérée par la Compagnie de chemin de fer de Caen à la mer.

     

     

     

     

     

     

     

    « FELIX TOURNACHON dit NADAR ( 1820 - 1910 )PHOTOS RECOLORISEES début XXIè siècle... »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,