• PARIS SOUS L'OCCUPATION... photographies de ZUCCA

     

    parisiens_sous_occupation.jpg 

     

     

     

     

     

     

     

    Biographie d’André Zucca

     

    André Zucca est né à Paris en 1897. Il est le fils unique d’une couturière piémontaise, Erminia Zucca et d’un père brodeur qui ne l’a pas reconnu. Entre 14 et 17 ans, il vit à New-York en compagnie de sa mère.

    Il commence sa carrière de photographe dans les années 20 au journal de théâtre et cinéma Comoedia. Il épouse en 1933 la jeune comédienne Irène Dié (1909-1963). Le couple vit à Montmartre, au Bateau-Lavoir, puis rue Saint-Vincent.

    Épris d’aventure, il réalise son premier grand reportage en 1935-36 à travers l’Italie, la Yougoslavie et la Grèce. En 1937, il part six mois sur le vieux cargo Min de la Compagnie des Messageries Maritimes, pour un voyage du Havre au Japon, via le canal de Suez. Il revient via la Chine, l’Inde, puis se rend au Sahara marocain. Il vend ses photos à différents journaux comme Paris-Soir, Match, Life, Picture Post.

    En 1939, il devient attaché au 2e Bureau (services de renseignement). L’hiver 1939-1940, il est envoyé comme correspondant de guerre sur le front de Carélie, pour couvrir les combats de l’armée finlandaise contre l’armée soviétique. Début 1940, il travaille en France avec Joseph Kessel sur la drôle de guerre, pour le quotidien Paris-Soir.

    En juin 1940, les Allemands occupent Paris. En septembre 1940, les autorités d’occupation décrètent l’interdiction de photographier à l’extérieur.

    En août 1941, il devient correspondant du journal allemand Signal. Il obtient ainsi une carte de presse, un laissez-passer, des rouleaux de pellicules noir et blanc et couleurs.

    Après la Libération, il est arrêté en octobre 1944 pour atteinte à la sûreté extérieure de l’État. Il est relâché sur intervention du colonel Antoine Moyen, adjoint du général Lattre de Tassigny. André Zucca quitte alors Paris en mai 1945 pour vivre à Garnay, près de Dreux. Les éléments à charge étant jugés insuffisants, les poursuites sont abandonnées en octobre 1945.

    Sous le pseudonyme de “Piernic”, il ouvre une boutique de photographie à Dreux en 1952. Il fait des photographies de mariage, des portraits, etc. en Eure-et-Loir. Après la faillite de son commerce en 1965, il retourne à Paris, à Montmartre, où il meurt en 1973

     

    Bien à vous

    Saint-Sulpice

    sources - photos et article -

    http://saintsulpice.unblog.fr/2008/05/23/andre-zucca-les-parisiens-sous-loccupation/

      

     

     

     

     

     

     

     

     Un tandem-taxi se rend à Longchamp en août 1943 – Crédit photo: © André Zucca

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW232

     

      Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW231

     

     Les halles 1942 - crédit photo Zucca

     

     

      Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW233

     

     

     Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW226  

    Les Halles. Paris, juillet 1942 – Crédit photo: © André Zucca 

     

     

     

     Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW249

     

     

     

     

      Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW230

     

     

     

     

     Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW234

     

     

     

     

     «Les Parisiens sous l'Occupation»: l'exposition polémique

     Rue de Belleville – 1944 – Crédit photo: © André Zucca

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ménilmontant – 1944 – Crédit photo: © André Zucca 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW228

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW213

     La station Marbeuf-Champs-Elysées, en 1943, aujourd’hui Franklin-Roosevelt. Les Champs-Elysées sont alors le principal lieu de divertissement de Paris – Crédit photo: © André Zucca

      

     

     

     Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW223  

     

     

     

     

     Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW224

     

     

     

     

      | André Zucca/Le Monde 2

    Des enfants s’amusent au bassin du Luxembourg – Crédit photo: © André Zucca
     

     

     Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW229  

     

     

     

     

      Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW238

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     «Les Parisiens sous l'Occupation»: l'exposition polémique

    Esplanade du Palais de Chaillot – Trocadéro – Crédit photo: © André Zucca 

     

     

     

     

    Des soldats allemands profitent d’une permission aux puces de Saint-Ouen en septembre 1941 – Crédit photo: © André Zucca 

     

     

     Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW235  

     

    Le 28 mai 1942, une ordonnance astreint les juifs à porter l’étoile jaune – ici, rue de Rivoli – Crédit photo: © André Zucca 

     

     

     

      Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW236

    Dans le Marais, rue des Rosiers – Crédit photo: © André Zucca

     

     

     

     

     | André Zucca/Le Monde 2

    Une jeune cycliste cours de Vincennes, en 1941 – Crédit photo: © André Zucca 

     

     

     Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW246

     Lieu de sortie, le zoo de Vincennes reste ouvert sous l’Occupation – Crédit photo: © André Zucca

      

     

     

     Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW247  

     

     

     

     

     | André Zucca/Le Monde 2

    Le rationnement atteint la mode : les chaussures se parent de semelles de bois - Crédit photo: © André Zucca

     

     

     Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW241  

     

    Place de la Concorde – Juillet 1943 – Crédit photo: © André Zucca

      

     Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW227

     

     

     

     

     

     Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW215  

     

     

     

     Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW216  

     

     

     

     

     

     

     

     

     Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW251  

     

     

     

     

     

     Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW217

     Les chapeaux foisonnent sur l’hippodrome de Longchamp, en août 1943 – Crédit photo: © André Zucca

     

     

     

     

     Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW218  

     

     

     

     

      Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW242

     

     

     

     

     

     Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW245

     

     

     

     

     Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW220

     

     

     

     

     

    «Les Parisiens sous l'Occupation»: l'exposition polémique 

     Signalisation allemande au marché aux puces de St-Ouen – Crédit photo: © André Zucca

     

     

     

    Place de la Concorde – Juillet 1943 – Crédit photo: © André Zucca 

     

     

     

     

     

     | André Zucca/Le Monde 2

    Devant les guichets du Louvre, en 1942 – Crédit photo: © André Zucca

      

      

      

      Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW250

     

    Pont de la Tournelle. Habitant de Noisy-le-Sec sinistré à la suite du bombardement du 19 avril 1944 – Crédit photo: © André Zucca

     

     

     

     

    Place Pigalle – 16 Mai 1944 – Crédit photo: © André Zucca

     

     

     

     Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW23

     

     

     

     

     Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW26

     

     

     

     

     Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW27

     

     

     

     

      Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW239

     

     

     

     Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW240

     

     

     

     

     

     Andre Zucca: Nazi Propaganda Photos - Paris during WW212

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    «Les Parisiens sous l'Occupation»: l'exposition polémique 

     Cinéma «Lux Bastille» et gare de la Bastille. «Haut le vent», film de J. de Baroncelli – Crédit photo: © André Zucca 

     

     

     

    Guerre 1939-1945. Champs-Elysées. Paris, 26 août 1944. Photographie d’André Zucca (1897-1973). Bibliothèque historique de la Ville de Paris.
    © André Zucca / BHVP / Roger-Viollet

     

     

     

     

     

     

     

     

      

      

      

    ARTICLE " HISTORIQUE" qui malheureusement fait partie aussi de l'Histoire de la France, sous l'occupation

     

    André Zucca, reporter photographe

    Son parcours

    André Zucca est né à Paris en 1897. Il est le fils unique d’une couturière piémontaise, Erminia Zucca et d’un père brodeur qui ne l’a pas reconnu. Entre 14 et 17 ans, il vit à New-York en compagnie de sa mère.

    Il commence sa carrière de photographe dans les années 20 au journal de théâtre et cinéma Comoedia. Il épouse en 1933 la jeune comédienne Irène Dié (1909-1963). Le couple vit à Montmartre, au Bateau-Lavoir, puis rue Saint-Vincent.

    Épris d’aventure, il réalise son premier grand reportage en 1935-36 à travers l’Italie, la Yougoslavie et la Grèce [1]. En 1937, il part six mois sur le vieux cargo Min [2] de la Compagnie des Messageries Maritimes, pour un voyage du Havre au Japon, via le canal de Suez. Il revient via la Chine, l’Inde, puis se rend au Sahara marocain. Il vend ses photos à différents journaux comme Paris-Soir, Match, Life, Picture Post.

    En 1939, il devient attaché au 2e Bureau (services de renseignement). L’hiver 1939-1940, il est envoyé comme correspondant de guerre sur le front de Carélie, pour couvrir les combats de l’armée finlandaise contre l’armée soviétique [3]. Début 1940, il travaille en France avec Joseph Kessel sur la drôle de guerre, pour le quotidien Paris-Soir.

    En juin 1940, les Allemands occupent Paris. En septembre 1940, les autorités d’occupation décrètent l’interdiction de photographier à l’extérieur. [4]

    En août 1941, il devient correspondant du journal allemand Signal. Il obtient ainsi une carte de presse, un laissez-passer, des rouleaux de pellicules noir et blanc et couleurs.

    Après la Libération, il est arrêté en octobre 1944 pour atteinte à la sûreté extérieure de l’État. Il est relâché sur intervention du colonel Antoine Moyen, adjoint du général Lattre de Tassigny. André Zucca quitte alors Paris en mai 1945 pour vivre à Garnay, près de Dreux. Les éléments à charge étant jugés insuffisants, les poursuites sont abandonnées en octobre 1945.

    Sous le pseudonyme de “Piernic”, il ouvre une boutique de photographie à Dreux en 1952. Il fait des photographies de mariage, des portraits, etc. en Eure-et-Loir. Après la faillite de son commerce en 1965, il retourne à Paris, à Montmartre, où il meurt en 1973.

    En 1986, la Bibliothèque historique de la Ville de Paris achète aux enfants du photographe, Pierre (photographe de plateau et réalisateur) et Nicole, l’ensemble du fonds photographique.

    Son travail sous l’Occupation

    Photo André Zucca.

    Jardins du Luxembourg – Mai 1942 – Crédit photo: © André Zucca

      

      

      

    Pour Signal, André Zucca fait un travail de reporter photographe tout à fait classique, plus de dix mille clichés noir et blanc en témoignent. Il couvre ainsi les grandes manifestations à Paris : les visites officielles, les grandes messes des partis collaborationnistes (meeting du Parti Populaire Français au Vél’d’Hiv, 8 août 1943), les discours publics (Jean Hérold-Paquis, 6 septembre 1943), les commémorations (obsèques nationales de Philippe Henriot, 1er juillet 1944), les bombardements (Boulogne-Billancourt, 3 mars 1942, Montmartre, 20 avril 1944), la mode et la vie parisienne (courses à Longchamp), les faits de guerre (débarquement de Dieppe, août 1942).

    Fin novembre 1942, il part pour un reportage sur le sabordage de la Flotte à Toulon. En chemin, il s’arrête à Manosque pour rencontrer et photographier Jean Giono.

     

    Le cuirassé Strasbourg, fleuron de la Flotte de haute mer française, sabordé et coulé droit à l’appontement n°6 de Milhaud, le 27 novembre 1942, fait la couverture du “Signal” n°1943-3.

    Il utilise aussi ses pellicules noir et blanc (du moyen format 6x6 pour son Rolleiflex) pour des travaux plus personnels, que ce soit des recherches esthétiques ou des souvenirs.

    André Zucca reçoit également en dotation des autorités allemandes le rare film inversible Agfacolor 16 ASA, en rouleaux de 36 vues. L’Agfacolor-neu a été inventé en 1936 (le Kodachrome date de 1935), sa première utilisation remonte aux compétitions de natation des Jeux olympiques de Berlin.

      

      

     

    Photo André Zucca.

    Rue de Belleville – 1944 – Crédit photo: © André Zucca

      

      

      

    Bien que Signal soit un des rares journaux au monde à publier des photographies en couleurs dans un encart central de 4 pages, André Zucca fait un usage en grande partie personnel de ces films, l’essentiel de sa production n’ayant aucun intérêt pour un magazine comme Signal. Effectivement, le journal n’a jamais publié une seule photo en couleurs de Zucca. Le photographe semble considérer son Agfacolor comme une plaisante expérimentation et un apprentissage, plus que comme un outil de travail.

    De plus, l’Agfacolor était d’un usage difficile. Sa sensibilité extrêmement faible le condamnait à des prises de vue exclusivement en extérieur avec un soleil radieux et des vitesses lentes (1/100e dans le meilleur des cas). Pour ce film, Zucca utilise un Leica équipé d’un objectif Zeiss Tessar 50 mm ouvrant à 3,5.

    The Interchangeable Leica Lenses.

    “The Interchangeable Leica Lenses” - Brochure d’octobre 1937, imprimée en Allemagne.

    Ces photos couleur sont exceptionnelles à plus d’un titre. Elles sont le seul témoignage en couleurs de Paris sous l’Occupation, conjointement aux photos du soldat allemand Walter Dreizner (mais ce dernier se concentrait plus sur les beautés féminines, “ah, les petites de femmes de Parissss…”, qu’autre chose).

    Du fait de l’usage de la couleur, elles rendent ce passé plus proche du spectateur, plus prégnant que n’importe quelle photo en noir et blanc. La couleur a tendance à abolir la distanciation naturelle que nous avons par rapport aux autres visuels de cette époque ; en cela, elles sont troublantes.

    Photo André Zucca.

      Rue de Rivoli – Mai 1942 – Crédit photo: © André Zucca

      

      

    Le magazine Signal

     

    Signal est le plus célèbre magazine de la Seconde Guerre mondiale. Fleuron de la propagande allemande, cette vitrine de prestige se veut le “magazine de l’Europe nouvelle”.

    Destiné à l’étranger (il n’est pas diffusé en Allemagne), le magazine a pour mission de glorifier la puissance de la Wehrmacht et de justifier les choix politiques de l’Allemagne. Principalement axé sur les nouvelles militaires, politiques et économiques, on y trouve également des pages sur la mode, l’histoire, les arts ou le cinéma.

    La maquette moderne, qui laisse une large place à la photographie, la bichromie noir-rouge, le format 27 x 36,5 cm, sont très largement inspirées du Life américain et du Match français (ancêtre du Paris-Match de 1949).

    D’un point de vue historique et documentaire, Signal est un important fonds de photographies uniques sur les puissances de l’Axe, dont certaines sont parmi les plus célèbres de la période. Une très grande partie de ces photographies étaient produites par l’armée elle-même, grâce à de nombreux correspondants de guerre au cœur des différents théâtres d’actions (Propagandatruppe). Ces militaires dédiés à la “guerre de l’information” étaient équipés de boîtiers Leica IIIc.

    Magazine Signal.

    Signal est édité par l’entreprise de presse Deutscher Verlag. Il s’agit en fait de la Ullstein-Verlag, fondée en 1877 par Leopold Ullstein, saisie en 1934 dans le cadre de l’aryanisation économique, et rebaptisée Deutscher Verlag en 1937. Cet éditeur était célèbre entre les deux guerres pour ses nombreux titres, dont le Berliner Illustrirte Zeitung, un quotidien illustré. La Deutscher Verlag publiera également l’hebdomadaire du NSDAP, Das Reich, et l’éphémère Panzerbär. Après-guerre, la famille Ullstein récupérera son bien.

    Publié sous le contrôle du commandement des forces armées allemandes (Oberkommando der Wehrmacht), il est relativement indépendant du ministère de la propagande de Joseph Goebbels (Reichsministerium für Volksaufklärung und Propaganda).

    Pour son premier numéro, le 15 avril 1940, Signal est imprimé à Berlin en quatre versions : allemande, française, italienne et anglaise. Par la suite, de nombreuses autres langues seront ajoutées, et plus de 100 traducteurs sont employés à Berlin à cet effet (toutes les versions sont quasiment identiques, étant des traductions de la version allemande). Le magazine est diffusé dans les pays de l’Axe (à l’exception de l’Allemagne), les pays occupés et les pays neutres, comme la Suisse, la Finlande, l’Espagne, le Portugal, les États-Unis (en 1940-41).

     

    L’impression sera ensuite délocalisée de Berlin, c’est ainsi l’imprimerie Curial-Archereau à Paris qui assurera à partir de 1941 la fabrication des éditions pour la France, la Belgique et la Suisse. La distribution en zone libre et Afrique du Nord est assurée par Hachette.

    Au plus fort de son tirage, en juin 1943, c’est 2 426 000 exemplaires, toutes langues confondues, qui seront imprimés, dont 800 000 pour la version française. Le magazine ne subit que rarement les restrictions de papier et le meilleur lui est toujours réservé.

    Le magazine a une pagination de 40 à 48 pages et une périodicité plus ou moins bimensuelle (17 numéros en 1940, 23 en 1941 et 1942, 24 en 1943, 19 en 1944, 5 en 1945).

    Pour le message politique, le magazine s’inscrit dans la propagande officielle : l’Allemagne n’a pas voulu la guerre, c’est la responsabilité de l’Angleterre qui a poussé les nations dans le chaos. Après la rupture du pacte germano-soviétique, ce sera le tour de la “Russie bolchévique”, naguère encensée, d’être dénoncée comme un artisan de la guerre, coupable de crimes odieux.

     

    Jusqu’à l’année 1942 incluse, le journal est constitué de deux parties, séparées par une double page centrale de photos en couleurs. La première partie est consacrée à l’actualité et aux succès de l’armée allemande, la seconde, à la mode, l’art, l’histoire, le cinéma, montrant souvent une Allemagne moderniste à la pointe du progrès. On y trouve des publicités pour des produits et entreprises comme l’eau de Cologne 4711, Agfa, Audi, BMW, Commerzbank, Continental, Deutsche Bank, Dresdner Bank, Faber Castell, Henkel, Mauser, Mercedes-Benz, Merck, Olympia, Pelikan, Rolleiflex, Siemens, Telefunken, Zeiss, etc.

    Jusqu’en 1943, contrairement aux autres titres de propagande, les allusions à la suprématie de la “race aryenne” et à la politique raciale allemande sont inexistantes. La vocation de vitrine à l’international incite à l’adoption d’un ton modéré. Dans l’iconographie, on ne verra jamais le moindre Untermensch.

    Après la défaite de Stalingrad, le contenu politique est renforcé (il y a moins de victoires militaires à mettre en avant…). Part belle est faite à la “croisade de l’Europe contre le bolchévisme”, au recrutement de volontaires étrangers (LVF et Kriegsmarine en France). C’est après le débarquement allié en Italie (juillet 1943) que le ton se radicalise et qu’on peut y voir percer des attaques contre la “juiverie” internationale. L’Allemagne n’est plus en posture de vainqueur et le beau vernis craque…

    Magazine Signal.

    Polémiques autour de l’exposition de la BHVP

    L’exposition “Les Parisiens sous l’Occupation”, organisée par la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, a été l’objet de polémiques qui sont l’évident symptôme que nous n’avons pas encore réglé de façon bien claire notre héritage historique de cette période. Nous touchons un certain tabou, comme j’ai pu le lire dans L’Express du 16 avril :

    Mais surtout parce qu’ils nous confrontent à une capitale ensoleillée, aux terrasses bondées, où les bourreaux vert-de-gris semblent faire partie d’un paysage à la Prévert. Que ce « gai Paris » ait coexisté avec les rafles et les fusillés du mont Valérien est l’un des derniers tabous de notre mémoire collective.

    Le malaise ne réside ni dans les photographies, ni dans les intentions de leur auteur, mais dans le regard de certains spectateurs, confrontés à une réalité qui n’est pas des plus réconfortantes au regard des “clichés” simplificateurs qui encombrent souvent la tête. Ne pas vouloir regarder franchement les faits, cela s’apparente à du déni. Oui, la collaboration a existé, oui, il y avait un semblant de vie normale à Paris, oui, les cinémas et théâtres étaient ouverts, oui, les enfants allaient jouer au parc, non, personne n’est mort de faim… La vie continuait tant bien que mal. Malgré le désagrément du ravitaillement, les nombreux tracas que j’ai exposés dans ce précédent billet, l’incertitude de l’avenir… et, pour le Juif, l’humiliation et la terreur, pour le Résistant, la rage intérieure au péril de sa vie, une grande partie des Parisiens vivaient au quotidien leur vie d’avant-guerre, métro-boulot-dodo, avec de temps en temps un divertissement comme le cinéma qui était alors très couru. La liberté, ou plutôt son manque, cela n’impressionne pas les émulsions photographiques. Il serait sans doute temps d’avoir collectivement une approche un peu plus décoincée de cette époque. Cette exposition a peut-être un mérite, celui de nous faire approcher le vécu d’une France avec 5 % de résistants, 5 % de collabos, 5 % de persécutés et 85 % de gens qui tentaient de faire avec. Cela doit-il gêner ?

    Je ne pense pas qu’André Zucca fabriquait un travail de propagande en prenant ces photos-là, il ne faisait qu’être le touriste d’une ville qu’il aimait avec passion. Il n’omettait non plus pas des réalités moins reluisantes comme les Juifs étoilés, les miséreux en guenilles, la queue à la marchande de primeurs, ceux qui faisaient les poubelles des Halles. Il n’avait pas le projet de rendre compte d’une réalité globale à multiples facettes, de circonscrire une période, ce n’est pas un travail de reporter. C’est son Paris à lui. Un parmi d’autres.

    Je vois une certaine hypocrisie et un aveuglement déplaisant à lire certaines réactions trop excessives (“L’exposition d’André Zucca perpétue la propagande nazie”…), quand il ne s’agit pas de tartufferie mensongère. J’ai souvent l’impression qu’il est des gens qui veulent à tout prix être scandalisés, qui réagissent toujours aux mêmes réactifs biens identifiés, comme le chiffon rouge excite le taureau. Prévisible et un peu dérisoire. Je retiens les mots de Pierre Marcelle chez Libération, en date du 10 avril, que je reprends à mon compte :

    À la Mairie de Paris, le politiquement correct se découvre furieusement tendance, quoi qu’un petit peu à géométrie variable. On parle ici de l’exposition, à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, des photos d’André Zucca, intitulée « Les Parisiens sous l’Occupation ». Le Journal du Dimanche du 30 mars en rendit compte en termes fantaisistes, mais sur un ton de procureur qui suffit, semble-t-il, à déclencher une de ces polémiques dont l’histoire de la collaboration est gourmande.

    […] Ces vérités d’évidence devaient ne l’être pas assez pour l’adjoint à la Culture de la mairie de Paris, Christophe Girard, qui s’en émut. Est-ce le retour de la doxa gaullo-mitterrandienne d’une France quasi unanimement résistante, à laquelle le discours du Vel’d’Hiv’de Jacques Chirac, en 1995, avait mis, crut-on, un terme salubre, qui pointe à travers l’indignation de l’édile ? Malaise pour malaise, c’en fut un autre que de découvrir, distribué depuis dimanche dernier à l’entrée de l’exposition, cet « avertissement » louvoyant qui, tout en rendant hommage à « un témoignage précieux », jette un doute bien peu historique sur le caractère inédit des images exposées et un implicite opprobre sur l’exposition, son commissaire Jean Baronnet, et le conservateur de la BHVP Jean Dérens. Songez ! « Dans ces images, nulle trace de la Résistance, pourtant présente à Paris dès 1940 », proclame, avec ses lunettes roses, l’avis au visiteur…

    On peut certes déplorer, c’est affaire de point de vue, que mille photos « résistantes » n’aient été simultanément accrochées en regard de celles de Zucca, ou que le Nuit et Brouillard de Resnais ne soit projeté en boucle dans ces lieux. Reste que ce vertueux et municipal souci de « pédagogie » ne nous était pas apparu l’hiver dernier à l’Hôtel de Ville de Paris, où l’exposition « Paris en couleurs » présentait, sans aucun complément d’information, un diaporama de 45 photos de la même série du même André Zucca.

    Last, but not least, afin que son propos aille au bout de sa fonction d’éducation civique, ou « citoyenne », on eût apprécié que cet « avertissement », non signé, ne restât pas anonyme comme une lettre de dénonciation.

    Le seul reproche important qui peut être fait à cette exposition est le légendage des photos que j’ai trouvé un peu indigent, sans être plus lourd de conséquences que ça. [Voir en post-scriptum les critiques fondées que l’on peut aussi faire au titre donné à l’exposition.]

    André Zucca est un témoin de son temps, un reporter photographe de talent, j’espère qu’au-delà de certaines déclarations trop enflammées, vertueuses à peu de frais, nous retiendrons qu’il était un artiste de valeur qui nous a légué une œuvre importante. Et que certaines dissertations facilement indignées rejoindont la poussière qu’elles n’auraient jamais dû quitter. André Zucca nous offre une vision en couleurs partielle, mais non moins réelle, de la période de l’Occupation, celle de son bon vouloir et de la poésie de son regard, pas celle d’un propagandiste. Penser autrement me paraît être une pénible erreur de jugement.

    Pour les atrabilaires sur commande, je ne peux dire que tout ce qui est excessif et éloigné de la réalité des faits, est futile et vain. Et, si cela était de l’ordre du possible, j’aimerais bien voir certains héros en chambre plongés au cœur des mêmes événements. J’ai pour ma part assez de doute pour ne pas présupposer de mes choix dans ces circonstances et j’éprouve un peu de condescendance pour ceux pour qui tout est blanc ou noir et sans nulle obligation d’assumer leurs conceptions simplistes jusqu’aux dernières extrémités vitales.

    Post-scriptum. Des compléments par rapport à l’exposition :

    - Je l’ai visité avant que la polémique démarre. Et, à aucun moment, je ne me suis senti pris “otage” d’une quelconque manipulation. Des panneaux, très riches en textes, expliquent tout de façon convenable dès le début de l’exposition. Il suffit de les lire. Ce que je trouve dommage, c’est certaines légendes de photos, très spartiates, du style “Rue de Rivoli.”, sans rien plus. J’aime bien l’idée du JDD d’avoir confié le commentaire de quelques photos à un historien comme Marc Ferro, cela aurait pu être fait dans le cadre de l’exposition.

    Les Allemands avaient installé leurs centres de commandement dans différents hôtels comme le Meurice, qu’on voit ici. Regardez la rue. Elle est vide. Non seulement il n’y avait plus d’essence, mais les occupants avaient réquisitionné beaucoup de voitures. Des vélos-taxis ont remplacé les taxis. Et on a commencé à voir apparaître des voitures à gazogène vers 1942. Si le Meurice est ici pavoisé de drapeaux, les Allemands n’en avaient pas pour autant mis à tous les coins de rue. Dans certains quartiers, on les voyait d’ailleurs assez peu.

    Ça a quand même plus de gueule qu’un “Rue de Rivoli” tout nu…

    - Le titre de l’exposition prête le flanc à la critique. J’aurai préféré un “Photographies en couleurs d’André Zucca - Paris sous l’Occupation”. Il est quand même étrange de ne pas mettre le nom de l’artiste en grand dans le titre d’une exposition qui lui est exclusivement consacrée… Si l’on veut faire une exposition intitulée “Les Parisiens sous l’Occupation”, c’est un tout autre programme, il faut donner à voir des photographes différents, des clandestins comme des Allemands, et même aller au-delà du témoignage photographique seul. (Cette histoire de titre révèle peut être le pire, que les organisateurs de l’exposition n’assument pas tout à fait leurs choix…)

    - Il est dommage que l’exposition fasse peu cas de l’œuvre en noir et blanc de Zucca à la même époque, bien plus conséquente, cela aurait donné un contrepoint intéressant — et plus noir —, avec, notamment, ces photos absolument effrayantes de meetings collabos.

    J’ai montré le catalogue de l’exposition à ma mère qui était adolescente à Paris pendant l’Occupation. Outre les résurgences de souvenirs amusés (“ah, les socquettes blanches”, “ah, les gazogènes, ça puait”, “ah, oui, cet hiver, qu’est-ce qu’on a eu froid”, “ah, les vélos taxis”, “ah, le Pam-Pam”, “Je me souviens…”), la photo qui a causé sa réaction la plus vive ne fut pas une en couleurs, mais celle en noir et blanc de la page 9 :

    “Ce salopard d’Henriot, on en a pas tué assez de ces salopards ! Regarde-moi ces salauds qui allaient à son enterrement !” Puis, regardant la page en regard : “Et ce Hérold-Paquis, ce pourri, il a eu que ce qu’il méritait !”

    (Jean Hérold-Paquis a été fusillé le 11 octobre 1945.)

    De son côté, la presse étrangère observe que les Français ont bien des difficultés avec leur mauvaise conscience, et délivre une analyse proche de la mienne, comme dans The Independent à Londres :

    […] Is the exhibition so misleading? Is it so shocking that most Parisians, with relatively few Jews and few active members of the Resistance, simply kept on being Parisians between June 1940 and August 1944? The notion that the French capital suffered terribly under the Nazi yoke was first fostered by General Charles de Gaulle on 25 August 1944, the day the city was liberated by French and American tanks. In an impromptu speech in front of the city hall, with German and collaborationist snipers still active on the rooftops, he paid tribute to “Paris outragée! Paris brisée! Paris martyrisée!” (Paris ravished! Paris smashed! Paris martyrised!) In truth, as the historian Jean-Pierre Azéema points out in the book which goes with the exhibition, Paris was deliberately treated with kid gloves by the Nazi propaganda machine.

    In 1940, Adolf Hitler had intended to flatten the city but he changed his mind. His propaganda chief, Joseph Goebbels, ordered as early as July of that year that the conquered French capital should be encouraged to be “animated and gay” so that life under the Nazis would appear attractive to Americans and other neutrals.

    The philosopher, Jean-Paul Sartre, in an essay in 1945, took issue with his fellow Parisians who were already portraying the Nazi occupation as a prolonged misery. “Let’s get rid of the simplistic images,” he wrote. “No, of course, the Germans weren’t running up and down the streets all the time with guns in their hands …” The most troubling thing for most wartime Parisians, Sartre said, was a sense of “bad conscience” that they were not doing more to resist the occupiers.

    […] General de Gaulle fomented the myth after the war that all French people were either collaborators or résistants. In truth, of course, 90 per cent were neither.

    Zucca was able to get hold of German Agfa colour film, and take pictures freely in the streets, because he was a collaborator. He was not necessarily a Nazi sympathiser. He is described by his family as a right-wing libertarian. He had been a globe-trotting photographer for Paris Match before the war.

    After the liberation, an attempt was made to prosecute him but the charges were dropped. He sank into anonymity as a camera shop owner in the provinces.

    His colour negatives, faded and scratched over the years, have been wonderfully restored and cleaned for the exhibition. They have been converted into digital form, at 5,000 by 3,300 pixels, using a technique developed (irony of sorts) by a German company. The colours have been sharpened and adjusted to what is believed to be close to their original values. Zucca seems to have taken the pictures for his own interest and amusement. They were not commissioned, or published, by his Nazi employers.

    The leaflet handed out by the city hall suggests that Zucca, as a collaborator, deliberately set out to ignore the harsher side of wartime life in Paris. It is more likely that he just photographed what he saw.

    French myths, and “bad conscience”, about the war die hard. Hence the edginess about an exhibition which suggests that ordinary Parisians led relatively ordinary lives under Nazi rule.

    If anything, the exhibition should be praised for portraying an awkward, but important, historical truth. There is a kind of courage in even the most banal and contented photographs in the exhibition. The determination of Parisians to be themselves, to get on with their lives, was, itself, a kind of resistance to Nazism.

    [The Independent, John Lichfield : “Paris, 1942: La vie en rose”.]

      

    Notes

    [#1] Son reportage en Yougoslavie a fait l’objet d’une exposition au Musée de Normandie à Caen “Carnets de route d’un grand hibou : la Yougoslavie en 1935-1936”, du 24 mars 2007 au 13 mai 2007.

    [#2] Java, construit en 1912 pour la Deutsche-Australische Dampfschiffs Gesellschaft à Hambourg. Récupéré par la Compagnie des Messageries Maritimes en 1919, au titre des réparations de dommages de guerre, rebaptisé Min en 1920. 7 729 tonneaux. Saisi en 1942 à Bizerte par les Allemands et passé en 1943 sous pavillon italien. Rebaptisé Conegliano. Coulé par une attaque aérienne alliée à Gênes.

    [#3] Voir l’article “Guerre d’hiver” de Wikipedia.

    [#4] 16 septembre 1940. Ordonnance :

    Le Commandant en chef des Armées allemandes décrète :

    Interdiction de photographier :

    Est interdit dans la zone occupée de la France de photographier en plein air, ou du fond d’une enceinte et de l’intérieur d’une maison. Sont exemptées de cette interdiction les personnes militaires allemandes.

    En outre, le Feld-Kommandant compétent pourra dispenser de cette interdiction, quand il y aura une garantie que les intérêts du Reich, en particulier à la sécurité des forces allemandes ne pourront être compromises ou lésées.

    Tel permis sera accordé par écrit et à court terme, devant contenir une énumération des objets à photographier. La personne autorisée sera tenue de le porter sur elle. Au bout du terme accordé, les clichés (plaques et pellicules pour les épreuves devront être soumis au contrôle de la Kommandantur locale, à laquelle sera remis en même temps le permis.

     

     SOURCES : article - http://embruns.net/carnet/autres-sujets/andre-zucca-reporter-photographe.html

      http://kinoute.org/log/les-parisiens-sous-loccupation.html

     

    « ILLUMINTATIONS des GRANDS MAGASINS PARISIENS années 1925-1930AUTOCHROMES - PHOTOGRAPHIES... PARIS 1915 »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks